Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 08:51

 

Pour une foi responsable

2 Thessaloniciens 3, 6-10. 16-8 ; Matthieu 23, 27 32

« Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. »  Pour que Paul éprouve le besoin de mettre ainsi les points sur les i, sans ménagement, c’est qu’il y avait dans la communauté chrétienne des gens qui pensaient non seulement que la foi permettaient d’échapper aux contingences de la vie humaine, mais sans doute aussi que tout leur était dû. Forts de leur « sainteté », ils aspiraient sans doute à se faire entretenir par leurs frères, sinon par Dieu.

Pas de ça Lisette ! tonne Paul. Et qu’on n’aille pas lui dire que Jésus avait dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter de ce qu’on allait boire et manger, puisque Dieu revêtait les liserons des plus beaux atours, ni qu’il avait recommandé aux Douze qu’il envoyait en mission de partir sans rien parce que « tout ouvrier mérite son salaire ». Si la foi est une invitation à ne pas nous laisser arrêter par nos inquiétudes, elle n’est pas une démission de responsabilités. Et ce que Paul dit du travail vaut pour bien d’autres domaines, notamment dans la vie familiale, sociale ou politique.

D’aucuns aimeraient bien que les chrétiens se contentent de s’occuper des questions d’Église, et qu’ils ne se mêlent pas des affaires publiques, qu’ils ne se soucient pas de justice ni d’éthique. Ils préféreraient avoir affaire à des croyants confinés en religion, aveugles sur le sort du monde. Reconnaissons-le,  nous sommes parfois tentés de nous en tenir là, c’est tellement plus tranquille.

Cependant, les vigoureuses paroles de Jésus à l’encontre des pharisiens nous réveillent. Deviendrons-nous ces « tombeaux blanchis à la chaux », de belles apparences extérieures, mains propres et aubes blanches des « petits saints », mais « plein d’hypocrisie et de mal » à l’intérieur ? L’accusation que lance Jésus de « bâtir des tombeaux pour les prophètes », c'est-à-dire de les encenser pour mieux anesthésier –  j’allais écrire : pour mieux « euthanasier » –, leur parole, se comprend si nous nous rappelons que les prophètes pourfendaient l’injustice et l’infidélité, exigeaient que l’on fasse droit aux humbles, aux pauvres, aux faibles, aux veuves, aux étrangers, que l’on cesse de fausser les balances, etc. Sinon, disaient-il, vous courez à la catastrophe !

Ne pas renier le Fils de l’homme

Ainsi se dessinent en creux nos responsabilités, celles auxquelles nous ne pouvons renoncer sous peine de travestir la foi en une pure mascarade. Et lorsque Jésus dit aux pharisiens : « Vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Eh bien vous, achevez donc ce que vos pères ont commencé ! », il affirme tout simplement que refuser d’entendre les prophètes et l’exigence de justice et d’éthique dont ils sont les témoins de la part de Dieu, c’est s’en prendre au Fils de l’homme lui-même.

Voilà pourquoi, malgré toutes ses lourdeurs et ses compromissions, l’Église  parfois dit non, pourquoi elle s’ébranle pour protester contre des conduites et des logiques qui mettent à mal la fraternité et la dignité humaine. Elle ne peut tout simplement pas renier celui qui la fonde.

D.E.  

Henrich Schütz

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens