Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 10:19

C’est l’humanité qui ressuscite

Actes 2, 14, 22b-32 ; Matthieu 28, 8-15

« Jésus le Nazaréen, cet homme… »  Lorsqu’il s’adresse à la foule, le jour de la Pentecôte, Pierre affirme d’abord l’humanité de Jésus. La résurrection ne fait pas basculer Jésus dans l’ordre du mythe, hors de notre condition. Elle ne nous sépare pas de lui. C’est plutôt l’humanité, la condition humaine, qui acquière soudain toute entière, une stature que nous ne lui connaissions pas. Elle n’est plus ce misérable petit tas de secrets dont parle Malraux. Elle n’est plus ce ramassis d’orgueil, de convoitise, de cruauté, d’appétits de richesse et de pouvoir, ou cette accumulation de misère et d’humiliation, que nous constatons souvent.

Il suffit qu’un homme, un seul, n’ai pas été abandonné à la mort, que sa chair n’ait pas connu la corruption, pour que nous apprenions que chacun d’entre nous est infiniment plus que la somme des déceptions ou des vanités d’une existence. Il suffit que Jésus le Nazaréen soit ressuscité pour que s’éclaire dans nos vies un chemin possible où la mort n’a pas le dernier mot. Parce que, comme le dit Pierre, il n’était pas possible que la mort retienne cet homme en son pouvoir, il est désormais possible que la vie, notre vie, s’ouvre à la même plénitude.

Mais comment ? On pourrait croire que tout s’achève avec la résurrection. En réalité Pâques est un commencement, un principe – une « re-création ». Il ne suffit pas de se répéter « Il est ressuscité ! », de lever bras vers le ciel, de se regarder mutuellement avec de beaux sourires, de se congratuler et de se dire quelle chance nous avons d’être de ceux qui ont entendu le message. Il faut reprendre le chemin de la Galilée, le chemin des hommes, et comme le Fils, descendre dans l’humanité pour y porter la lumière qui nous éclaire.

Ne pas oublier non plus que cette lumière, nous la portons fragilement. Car, en définitive, de quelle huile s’alimente-t-elle ? De la parole de quelques témoins. Nous n’avons personnellement rien vu de la résurrection. Le ressuscité ne nous est pas apparu, comme il l’a fait pour les femmes, pour Pierre, pour les apôtres, pour une grosse poignée d’autres, et enfin pour Paul, le persécuteur…

Quels témoins ?

Matthieu ne cache pas la difficulté, en montrant à la fin de son évangile, qu’il nous faut choisir entre différentes paroles, différents témoignages. Celle des femmes et des disciples, d’un côté, celle des gardes, de l’autre. Ne pensons pas que cette situation ait changé. Loin s’en faut. Bien des paroles, aujourd’hui, nous disent qu’il n’y a pas de résurrection. Et parmi ceux qui se disent chrétiens, nombreux sont ceux qui déclarent ne pas croire en la résurrection…

Qui sont donc les vrais témoins d’aujourd’hui ? Ceux qui prennent le risque de vivre de la résurrection, ceux qui engagent leur vie pour relever les hommes de leurs affaissements, de leurs effondrements, de leurs désespoir, au risque d’y perdre leur confort, leur certitude, avec l’idée fragile – une idée qui est aussi un désir – qu’ils feront pour eux-mêmes, et avec les autres, l’expérience de ne pas être abandonnés à la mort, même lorsqu’ils la rencontrent, l’expérience de trouver le bonheur dans la joie de ceux qu’ils aimeront comme des frères. De ceux là, les Pierre d’aujourd’hui et de demain, diront : « Jésus le Nazaréen, cet homme… ».

D.E.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens