Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 08:23

Des adieux de Paul à la prière de Jésus

Actes 20, 17-27 ; Jean 17, 1-11a

C’est à Millet que nous retrouvons Paul. Il est sur le point de revenir à Jérusalem et fait ses adieux aux Anciens d’Éphèse qu’il a convoqués pour l’occasion. Pressentant qu’il ne reviendra pas, l’apôtre dit ce qui l’a guidé et animé : annoncer l’évangile et servir le Seigneur, sans plier devant les difficultés, les contradictions, les persécutions. Une seule chose compte pour lui : « achever le ministère que j’ai reçu du Seigneur ». Il sait – et cette connaissance, dit-il, est le fruit de l’Esprit Saint – que « la prison et les épreuves l’attendent à Jérusalem » ; il pourrait encore renoncer à ce voyage – comme on le lui suggèrera –, mais il ne veut pas se dérober, car c’est encore pour « rendre témoignage à la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu » qu’il se remet en route.

La détermination de Paul peut sembler extraordinaire, hors d’atteinte. Pourtant lui-même laisse entendre qu’il n’est pas sûr de ses forces – « pourvu, dit-il, que je tienne jusqu’au bout de ma course… ». Il ne peut compter que sur Dieu. Rappelons-nous la vision d’Ananie, alors que Paul était en route vers Damas pour persécuter ceux que l’on appelait encore « les adeptes de la Voie ». Le Seigneur lui avait dit : « Va, car cet homme est un instrument que je me suis choisi pour répondre de mon Nom devant les nations païennes, les rois et les Israélites. Moi-même, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom. » Ce que vit Paul est impossible, s’il n’est pas investi de la force de Dieu.

Nous avons évidemment envie de dire que nous n’en sommes pas là. Que nous ne sommes pas appelés ainsi. Qu’il ne nous revient pas d’être conformés au Christ de cette façon, car c’est bien de cela qu’il s’agit. Pourtant, si nous avons été appelés à vivre de la foi, si nous avons reçu le baptême, c’est bien pour être témoins de la Bonne Nouvelle. Sans doute nous faut-il nous demander comment nous répondons-nous-mêmes à cet appel. Comment il se présente à nous. Et comment nous nous rendons disponibles à la force de Dieu, pour pouvoir, nous aussi, tenir jusqu’au bout de notre course.

Intimité

La prière de Jésus, après le dernier repas avec ses apôtres, est celle du Fils qui est devant l’ultime étape de sa mission. Jean nous fait entrer dans un moment d’intimité entre le Père et le Fils, moment qu’il nous donne à contempler, comme il l’a lui-même contemplé et longuement médité avant de composer ce texte sublime, par lequel Jésus dit qu’il va donner la vie éternelle à ceux qui lui ont été confiés. En Jésus, nous trouvons le mouvement qui anime Paul. Et comme Paul a reçu du Christ les paroles que lui-même avait reçus du Père, nous recevons de Paul, de Pierre, des apôtres et de ceux qui les ont suivis depuis lors, ces mêmes paroles qui nous introduisent dans la relation du Père au Fils et du Fils au Père. Nous sommes invités à y entrer, pour à notre tour, transmettre la vie que nous recevons. Souhaitons-nous mutuellement de pénétrer cette intimité avec le Fils et le Père, par l’Esprit qui vient à la Pentecôte.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens