Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:36

C’est la foi qui fait l’autorité…

Jude 17. 20b-25 ; Marc 11, 27-33

La liturgie nous propose ce matin de lire la fin de la lettre de Jude, une courte épitre dont l’auteur se présente comme le frère de Jacques – celui que l’on désigne comme « frère du Seigneur ». C’est le seul passage de cette lettre que la liturgie nous propose dans l’année. Sans doute parce que le texte est d’un abord difficile, écrit dans un genre apocalyptique propre à son époque, elle-même marquée par un climat de polémique violente qui se fait entendre dans le ton de la lettre. Il nous est donc proposé d’en méditer le message final : « Que votre foi très sainte soit le fondement de la construction de vous-mêmes. Priez dans l’Esprit Saint, maintenez-vous dans l’amour… » Sans oublier une invitation à se comporter miséricordieusement non seulement à l’égard de ceux qui sont hésitant, mais aussi « des autres », dont on comprend qu’il s’agit de ceux que Jude considère comme des adversaire, des impies et des malfaisants.

Il peut donc y avoir des situations de polémiques, de combats, d’adversité. La lettre de Jude nous rappelle que dans ces circonstances, il faut s’appuyer sur ces piliers que sont l’Esprit Saint, l’amour, la miséricorde, ne pas les perdre de vue – c’est si facile de les oublier – et rester fondamentalement dans une attitude de foi, où tout en engageant nos forces, nous restons fixés, non pas sur nos intérêts ou satisfactions propres, mais sur le don de Dieu.

L’évangile de Marc nous rapporte la suite de la scène des vendeurs chassés du Temple. Lorsque Jésus revient à Jérusalem, les autorités juives – grands-prêtres, scribes et anciens –viennent le trouver et lui demandent de s’expliquer. « Par quelle autorité fais-tu cela ? Qui t’a donné autorité pour le faire ? » En principe, quiconque voudrait mettre de l’ordre dans le Temple devrait en référer à eux… Leur question n’est donc pas a priori illégitime. Jésus ne conteste pas ce principe, mais il va en fait leur demander s’ils sont aptes à exercer cette autorité, en sollicitant leur avis sur le baptême de Jean. S’ils veulent faire valoir leur responsabilité et leur discernement, qu’ils exercent. Qu’ils s’engagent. Qu’ils manifestent où ils placent leur foi…

Égarés

S’ils ne le font pas, il n’y a pas de raison de les suivre, ni de leur obéir, puisqu’il n’est pas possible de savoir ce qui les fonde, ce qui les conduit. De fait, Marc nous rapporte que les interlocuteurs de Jésus ne s’interrogent pas sur le fond de la question posée, mais sur l’opportunité de telle ou telle manière de répondre. En d’autres termes, ils n’ont pas la foi pour boussole, mais de petits calculs sur les conséquences supposées de leur réponse. Ils sont donc, au fond, égarés. En ce sens, ils n’ont pas tord de dire : « Nous ne savons pas. » Mais peut-on se fier à quelqu’un qui dit « Je ne sais pas », en matière de foi et de discernement ? Peut-on suivre des girouettes ?

Ainsi, l’injonction de Jude et le récit de Marc vont-ils dans le même sens : c’est la foi qui doit être à la source de notre agir. Non pas la croyance en des vérités que nous posséderions aisément, mais la conviction de l’œuvre de Dieu dans nos vie, dès lors que nous nous efforçons de nous maintenir à l’écoute de sa Parole, d’accueillir ce que l’Esprit propose, d’aimer comme le Père nous aime, de vivre dans la miséricorde… Alors nous connaîtrons l’autorité par laquelle Jésus lui-même agit.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens