Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 08:18

L’Esprit est parfois contrariant

Actes 16, 1-10 ; Jean 15, 18-21

Voilà Paul reparti en voyage. Avec Silas pour compagnon, cette fois. Il commence par visiter les communautés qu’il a fondées en Asie mineure. Il les informe des décisions prises à Jérusalem concernant les conditions de l’accueil des païens et le respect de la Loi. Il est à noter que Luc commence par raconter que Paul est le premier à les mettre en œuvre, en imposant la circoncision à Timothée, qui est juif par sa mère. Ce faisant, Paul montre qu’il se soumet lui-même à ce que l’Église a décidé. Luc note alors que les communautés grandissent dans la foi et que le nombre des croyants s’accroît. La fécondité nait de la fidélité à ce que « l’Esprit dit à l’Église ».

La suite montre qu’il y a bien une distinction entre les motions de l’Esprit, et les projets que peuvent faire les chrétiens. Paul n’y échappe pas. A deux reprises, Luc note que l’Esprit empêche les projets de Paul de se réaliser. Ce n’est pourtant pas que Paul avait de mauvaises intentions : il voulait annoncer la Bonne Nouvelle en Asie proconsulaire, puis il avait imaginé d’évangéliser la Bithynie. Mais à chaque fois Paul doit renoncer.

Comment l’Esprit s’est-il manifesté ? Luc ne le dit pas. En revanche, il raconte que Paul a une vision la nuit qui le conduit à se rendre en Macédoine, ce qui n’était pas du tout ce qu’il avait envisagé. On peut d’abord en conclure que si c’était par une vision que l’Esprit avait empêché Paul de se rendre en Bithynie ou en Asie proconsulaire, Luc l’aurait précisé. Ce sont plus probablement les circonstances qui ont fait obstacle. Paul et Silas se sont alors interrogés, peut-être l’ont-ils fait avec leurs autres compagnons de voyage, ou avec les membres des communautés où ils se trouvaient. Ils ont fait œuvre de discernement, pour conclure qu’il n’était pas bon de s’entêter et d’en faire une affaire personnelle. « Les événements sont nos maîtres », dit Ignace de Loyola.

La vision est celle d’un homme de Macédoine qui appelle au secours, en précisant qu’il pour cela faut traverser la mer. L’image du passage à accomplir est forte, même si la traversée en elle-même n’est pas si grande. Elle indique tout autant qu’il faut à Paul et ses compagnons passer à une autre étape, aller vers un monde autre, moins familier. Un monde qui n’est plus contigu de celui qu’ils connaissent. Il leur faut aussi s’arracher à leurs projets initiaux. La décision est immédiate et sans hésitation. Paul obéit à l’Esprit. Obéir, c’est se soumettre à la voix que l’on écoute…

Hypocrites

Vivre selon la foi, cela ne consiste donc pas seulement à mettre en œuvre les valeurs que l’on a reçues, à mettre en pratique des commandements, ou un programme, même si tout cela est respectable et n’est pas exclu. C’est rester dans une écoute et une disponibilité telles que nous acceptions que nos manières de voir, nos projets, même s’ils sont légitimes, même s’ils n’ont rien de mauvais dans les intentions, ne soient pas ceux de Dieu. En les qualifiant d’hypocrites, Jésus ne reprochait pas aux pharisiens d’avoir de mauvaises intentions, mais de ne pas comprendre que leurs bonnes intentions ne visaient pas juste, n’étaient pas à la hauteur de ce que Dieu souhaitait – c’est le sens étymologique du mot hypocrisie : une visée trop basse, qui conduit à rater l’objectif.

S’enfermer dans ses projets, fussent-ils les plus beaux, c’est oublier l’avertissement de Jésus, que nous entendons ce matin dans l’évangile de Jean, et sur laquelle Jésus insiste : « Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : “Le serviteur n’est pas plus grand que le maître.” ». Mon Dieu, délivrez-nous de nos bonnes intentions !

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens