Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 08:14

Fête de la nativité de saint Jean Baptiste

Isaïe 49, 1-6 ; Actes 13, 22-26 ; Luc 1, 57-66. 80

Pour fêter saint Jean Baptiste, on aurait pu insister sur l’ascétisme du personnage, sur la puissance de sa parole, or la première lecture, tirée d’Isaïe prend une toute autre direction. Elle nous parle de projet de Dieu, et pour tout dire, d’une élection : « J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé. » Quant au sens de cette élection, il est donné par la première et par la dernière phrase du passage que nous lisons : « Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés soyez attentifs ! » et « Je vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » C’est l’annonce du salut de Dieu au monde entier. Tout est subordonné à cela. Le Seigneur forme son élu pour qu’il accomplisse le service, la mission qui lui est confiée : « Tu es mon serviteur, en toi je me glorifierai. »

Mais qui est ce serviteur. Dans le livre d’Isaïe, c’est en premier lieu le prophète lui-même, qui peut connaître l’épreuve du désarroi en ne voyant pas les fruits de son travail : « Je me suis fatigué pour rien… » Mais Isaïe nous fait comprendre qu’il en va de plus que lui-même, car le serviteur est nommé du nom d’Israël : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi… » C’est tout le peuple à qui est ainsi rappelé le sens de cette élection qui dépasse ses propres frontières.

C’est ce que signifie aussi le choix de la prédication de Paul dans la synagogue d’Antioche de Pisidie, comme deuxième lecture. C’est le début du premier voyage missionnaire de Paul et Barnabé, et la première prédication de Paul que rapporte Luc dans les Actes. Si Paul ne parle que d’Israël, en s’adressant aux Juifs d’Antioche, c’est néanmoins dans un mouvement qui l’a conduit au-delà de la Palestine, un mouvement qui inaugure la mission lointaine, dans tout le bassin méditerranéen…

Enfin, il faut prêter attention à un détail de l’évangile que nous lisons ce même jour : la question du nom de l’enfant de Zacharie et Elisabeth.

Quand vient le jour de sa circoncision, les voisins et la famille sont là. Et ils ont un nom pour l’enfant. Ce faisant, ils signifient le poids du milieu social, des habitudes, de la tradition. On va donner au premier né le nom de son père. C’est une évidence pour tous. Quel beau nom d’ailleurs… Et voilà qu’Elisabeth se met en travers de cette évidence. Elle veut qu’on le nomme Jean. Protestation générale : ce n’est pas un nom de la famille !

L’heure est venue

Plutôt que d’entendre le sens de ce nom de Jean – Yohanan –, c'est-à-dire « Dieu fait grâce », on veut se replier sur ce que l’on connaît, sur le pré carré de la famille. Mais le père lui-même confirme qu’il faut en sortir. Et le fait qu’il accomplisse alors ce qu’il a entendu comme la volonté de Dieu, le délivre de l’enfermement dans lequel il était pris : lui-même retrouve la parole pour annoncer que « Dieu fait grâce ».

Ce que nous fêtons, ce n’est pas la rigueur prophétique d’un homme du désert, c’est le fait que l’heure est venue d’annoncer à tous, à Israël d’abord, mais pour toutes les nations, que Dieu fait grâce. Avec Jean Baptiste commence un mouvement qui porte la Parole plus loin que nos frontières. Comment pourrions-nous garder pour nous-mêmes que Dieu fait grâce ?

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens