Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 08:14

Quand Pierre soumet Jésus une vérification d’identité

Jérémie 30, 1-2. 12-15. 18-22 ;  Matthieu 14, 22-36

Si Jérémie est le prophète qui conseillait à Israël de se soumettre au joug babylonien, le Dieu qu’il proclame n’est pas un Dieu vengeur et revanchard, mais un Dieu d’amour et de tendresse pour son peuple. Certes, il est question de châtiment, mais il faut le comprendre comme l’ultime moyen d’interrompre un mal rebelle à tout autre remède. La finalité, c’est le retour, la libération, la restauration d’Israël et l’intimité entre Dieu et son peuple, comme le signifie de manière splendide la fin du texte. « Vous serez mon peuple et je serai votre Dieu ». C’est un langage d’époux, d’amoureux…

Cette fois encore, nous pouvons lire l’évangile dans la perspective ouverte par le texte du Premier Testament. Après avoir nourri la foule au désert, Jésus impose une séparation à ses disciples. Il les renvoie sur la mer de Galilée, le soir, par des vents contraires. Image de l’exil, pourrait-on dire. Aux disciples de prendre la mesure de leur propres forces et de l’effet du manque de la présence du Maître. Ils rament, au propre comme au figuré. Il vient, mais cette présence inattendue les effraie. Jésus leur parle : « Confiance ! C’est moi, n’ayez pas peur ! » Ce moment traduit, si l’on y prête attention, le fait que la connaissance de Jésus par les disciples est encore extérieure, mais pas intime. D’où la réaction de Pierre : « Si c’est bien toi, ordonne-moi de venir sur l’eau. » Pierre exige un signe. Qui plus es un signe stupide. On connait la suite…

Longtemps j’ai pensé que Pierre coulait parce que sous le coup d’une bourrasque de vent (un mauvais vent spirituel ?) il était saisi par le doute et réalisait la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait. En réalité, le doute commence dans la barque. Et la réponse de Jésus est d’abord ironique. Bien sûr que Pierre va s’enfoncer dans l’eau s’il quitte la barque. Si Pierre n’avait pas douté, il aurait plutôt invité Jésus à monter à son tour dans la barque, plutôt que de le tenir dans un premier temps à distance, le temps d’une « vérification d’identité ». Il n’aurait pas soumis le Maître à un examen de passage…

Pris à son propre piège, Pierre sombre. Mais c’est à ce moment qu’il réalise vraiment qui est celui qu’il a voulu mettre à l’épreuve, puisqu’il lui demande non plus de montrer patte blanche, mais rien de moins que de sauver sa vie. Et Jésus manifeste alors qui il est : Yehoshoua ce qui signifie Dieu sauve. Il lui suffit d’étendre la main. Les autres disciples à leur tour prennent la mesure de celui qui est venu à eux : il est vraiment le Fils de Dieu.

Fausses solutions et mauvais vents

Ainsi, cet « exil » en mer de Galilée n’a-t-il d’autre fin que de manifester de manière plus intime, plus profonde la nature même de la présence de Dieu en son fils. D’ailleurs, si l’épisode a été précédé de la « multiplication des pains », en terre d’Israël, il est suivi d’une scène de larges guérisons en territoire païen. D’un point à l’autre, c’est la puissance de vie qui se manifeste, le salut qui s’affirme. Mais la question qui est posée aux lecteurs que nous sommes, c’est celle que Jésus adresse à Pierre : « Pourquoi as-tu douté ? »

Ne sommes-nous pas trop souvent enclins à demander, à distance, des preuves de l’amour de Dieu, au lieu de le prier de monter dans notre barque, pour qu’il manifeste au milieu de nous sa puissance de vie ? Ne nous étonnons pas, dans ces conditions, d’avoir le sentiment de nous noyer, de trouver le monde invivable, difficile, dur… Ayons alors au moins l’humilité de Pierre qui implore le salut, plutôt que de chercher des fausses solutions, que d’être sensibles aux mauvais vents et de demander à Dieu « ses papiers »…

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens