Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 08:43

Nocturne n°1, d'Erik Satie

Question pratique…

Proverbes 3, 27-34 ; Luc 8, 16-18

La lecture du livre des Proverbes que nous propose la liturgie met l’accent sur la conduite à l’égard des autres. Il y a un côté « petite leçon de morale » qui peut nous déconcerter. N’avons-nous pas, à juste titre, pesté contre une manière de réduire la foi à une forme de moralisme étouffant ? On peut aussi être dubitatif sur la finale de ce petit passage : « La malédiction du Seigneur est sur la maison du méchant, mais il bénit la maison du juste. » On trouve dans l’Écriture de sérieuses mises en question de la vision de la rétribution au mérite que l’on pourrait être tenté d’adopter, à la suite de ce texte. Le livre de Job s’y oppose frontalement. Et Jésus répète que Dieu fait pleuvoir sur les bons et les méchants…

Il n’en reste pas moins que notre foi n’a de sens que si elle transforme notre vie et en particulier notre rapport aux autres. Il ne s’agit pas d’agir pour « faire plaisir à Dieu » et gagner ses bonnes grâces, mais de faire que notre « connaissance » de Dieu informe notre action et la vivifie de l’intérieur. Telle est la grâce accordée aux humbles. Ainsi pouvons-nous entendre cette parole qui retentit dans l’Écriture : « Soyez saints parce que je suis saint ! »

La parabole de la lampe, que nous lisons dans l’évangile de Luc, vient aussitôt après celle du semeur, dont l’explication s’est terminée par une invitation à la persévérance dans l’écoute de la Parole. C’est sur ce même thème de l’écoute que Jésus conclut cette nouvelle parabole. On entend souvent ce petit apologue de la lampe comme une invitation au témoignage, mais pris entre ces deux invitations à l’écoute, on peut aussi comprendre que Jésus dit là quelque chose sur ce qu’il fait lui-même, en disant la parole du Père et en l’expliquant aux disciples.

Celui qui a allumé la lampe

Il vient de leur dévoiler le sens de la parabole du semeur, en ayant rappelé ce qui était affirmé dans le prophète Isaïe : « ils regarderont sans regarder, ils écouteront sans comprendre ». Pourtant, Jésus, est bien le semeur sorti pour semer. Il est donc aussi celui qui a « allumé la lampe » pour donner à voir... Il ne va pas s’arrêter là, bien au contraire. Il dit ainsi que ce qu’il a commencé, c’est la révélation de ce qui restait non vu, non entendu… On peut comprendre cela comme l’annonce de la volonté de Dieu de nous guérir de notre aveuglement et de notre surdité. Il est possible d’entendre et de recevoir la Parole. Il est possible d’en vivre. D’où l’invitation à prendre garde à la manière dont nous écoutons.

La question nous est donc posée : Comment écoutons-nous la Parole ? Comment permettons-nous à cette parole d’être agissante en nous ? Voilà qui nous ramène à la lecture des Proverbes : c’est dans notre rapport à l’autre que nous pouvons manifester une écoute active de cette parole, que nous pouvons en expérimenter les fruits.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens