Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 07:51

La fécondité de la Parole

Actes 12,24 – 3,5 ; Jean 12, 44-50

Luc poursuit sa description de la naissance de l’Église. Après le temps de l’épreuve, celui du fruit : « La Parole de Dieu était féconde et se multipliait. » Notez l’expression : la Parole de Dieu était féconde. C’est une manière discrète de rappeler d’où vient la vraie fécondité, ce qui rappelle la parabole de la semence qui pousse d’elle-même, sans même que l’homme qui l’a semée sache comment (Marc 4, 26-29). Aucun orgueil à en tirer, mais plutôt une certaine tranquillité. A nous de faire notre part, sérieusement, pour semer la Parole, mais la croissance elle-même ne nous appartient pas. On retrouve cette attitude chez Jésus lui-même, lorsqu’il dit « Si quelqu’un entend mes paroles et n’y reste pas fidèle, moi je ne le jugerai pas… »

Le récit de Luc nous montre l’abondance des dons qui se manifestent à Antioche. Mais il nous montre aussi que les disciples ne considèrent pas pour autant qu’ils puissent se reposer sur les lauriers de la Parole. Ce qu’ils reçoivent, ils comprennent qu’ils doivent le donner à leur tour, au-delà des limites de la communauté d’Antioche. Il faut continuer à annoncer la Parole. Sans le geste du semeur, la graine ne peut porter du fruit… C’est évidemment l’amour qui les conduits à éprouver le besoin d’aller plus loin pour faire connaître la Bonne nouvelle. Quand Luc nous dit que c’est poussé par l’Esprit Saint qu’ils ont décidé d’envoyer Barnabé, Saul et Jean-Marc, il ne fait pas allusion à une opération magique, à une manifestation extraordinaire, mais à l’expression d’un accord né de la confiance et de l’amour, dans le désir de chercher ensemble la volonté de Dieu.

Il y a donc des envoyés, qui ne doivent pas oublier qu’ils sont envoyés, c'est-à-dire qu’ils ont reçu une mission, qu’ils ne parlent pas d’eux-mêmes. En cela, ils sont à l’image de Jésus qui dit « Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé ; et celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé… » A de multiples reprises, dans l’évangile de Jean notamment, Jésus revient là-dessus et insiste.

Accéder à sa propre vie

Ce n’est pas de nous-mêmes que nous parlons. Ce n’est pas notre propre vérité que nous annonçons. Nous invitons ceux à qui nous nous adressons à entendre la Parole du Fils qui dit la Parole du Père. Cette dernière, assure Jésus, est vie éternelle. Il dit même que c’est le commandement du Père sur ce qui doit être dit, qui est vie éternelle.

Si l’on y réfléchit attentivement, cela signifie que le fait même de vivre comme envoyé est vie éternelle. Il s’agit en fait d’entrer dans une expérience qui nous fait accéder à nous-mêmes. Il s’agit de proposer à ceux auxquels nous sommes envoyés, non pas d’endosser une religion, une morale, mais d’entrer en quête de leur propre vie, sur le mode de l’envoyé… Parce qu’il n’y a pas de vie meilleure que celle qui est toute entière transmission de la vie reçue… Il n’y a pas de vie meilleure que celle qui trouve sa fécondité.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens