Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 10:56

Saül, désigné par Dieu pour régner sur Israël, va décevoir

C’est encore un résumé que nous propose la liturgie, pour nous faire méditer sur l’élection de Saül comme premier roi d’Israël. Lisez l’ensemble du texte, il est savoureux. Les choses ne vont pas si vite que le petit abrégé qui nous est donné à lire peut nous le laisser penser. Il y a des étapes, des moments d’attente, des surprises… Si comme nous le lisons, Saül est à la fois beau et fort, s’il incarne le prototype du héros et du chef, il ne s’imagine pas du tout dans ce rôle. Et Samuel lui propose, après l’avoir oint, une sorte d’itinéraire initiatique pour lui apprendre à se rendre disponible à l’Esprit de Dieu. Ce qui montre que l’onction ne fait pas tout…

Nous connaissons la suite de l’histoire : Saül ne sera pas « the right man at the right place ». Et pourtant, nous avons bien lu cette parole, adressée par Dieu à Samuel : « Je t’enverrai un homme du pays de Benjamin, tu lui donneras l’onction comme chef de mon peuple Israël, et il délivrera mon peuple de la main des Philistins », puis  « Voilà l’homme dont je t’ai dit : C’est lui qui régira mon peuple ». Et enfin, Samuel lui-même dit à Saül : « C’est le Seigneur qui t’a consacré comme chef d’Israël , son peuple ».

Cela nous pose un problème. Dieu se serait-il trompé ? En effet, il ne faudra pas attendre longtemps pour constater que Saül fait fausse route et que la rupture soit consommée entre Samuel et lui.

Le récit insiste à l’envie sur le fait que Samuel est un voyant. Dieu aurait-il pour sa part la vue basse ? Se serait-il laissé abuser par la prestance du jeune Saül ?

 

Dieu ne varie pas

Il nous faut réajuster l’idée que nous nous faisons trop souvent de Dieu et du salut. Que nous dit le texte ? Que Dieu veut indéfectiblement le salut de son peuple. Là-dessus, il ne varie pas d’un pouce. C’est là-dessus qu’il faut faire fond. Le texte nous dit aussi que d’une certaine façon, le salut de Dieu est entre les mains des hommes. Dieu, pour mettre en œuvre sa volonté ne dispose pas des hommes comme d’une armée de marionnettes qu’il ferait agir à sa guise. Il les invite, il leur confie des responsabilités, il les enseigne par sa parole mais aussi par l’expérience, et c’est à eux qu’il revient d’agir librement… C’est ainsi, et jamais autrement, qu’il en va.

Inutile donc d’attendre de Dieu qu’il impose le salut. Inutile de le supplier de se substituer aux hommes. N’attendons pas d’autre miracle que celui qu’opère en nous la conversion de nos manières d’être, de voir et d’entendre, pour devenir vraiment les instruments par lesquels l’amour de Dieu est manifesté aux hommes.

C’est en ce sens que l’évangile de Marc nous rapporte la controverse entre Jésus et les scribes pharisiens qui s’étonnent que Jésus appelle un collecteur d’impôt à le suivre, ou qu’il partage son pain avec des publicains et des pécheurs.  Mais comment le salut pourrait-il advenir autrement ? Ne faut-il pas que les hommes expérimentent le salut en eux-mêmes pour pouvoir le mettre en œuvre ? Ne faut-ils pas qu’ils goûtent en eux les bienfaits de la grâce pour pouvoir en témoigner  et les partager ensuite avec d’autres ? En agissant ainsi, Jésus manifeste que Dieu n’a toujours pas varié : il ne cesse de vouloir apporter aux hommes la libération qu’il a promise et dont il a voulu faire d’Israël le signe et le témoin.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens