Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 07:52

Le chemin de la liberté n’est pas celui du mensonge

1 Jean, 5 -2,2 ; Luc 10, 38-42

La fête de sainte Catherine de Sienne, docteur de l’Église et co-patronne de l’Europe – saluons l’honneur fait à une femme, ce qui n’est pas si courant dans le catholicisme – suspend notre lecture des Actes des apôtres pour nous faire entendre un passage du début de la première lettre de Jean. Dans ce moment où l’Église est secouée par les scandales des actes pédophiles commis par certains prêtres, ce passage résonne fortement : « Dieu est lumière, il n’y a pas de ténèbres en lui. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs…  Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes et la vérité n’est pas en nous. »

Marcher dans la lumière de Dieu, c’est faire la vérité sur nos comportements. Cela vaut pour l’Église, cela vaut aussi pour nos sociétés. On voit aussi ces jours-ci les dégâts du mensonge en matière économique et politique. Et l’on a parfois le sentiment d’être accablé de toutes parts, tant la facture est lourde.

Pourtant le salut n’est pas à chercher en détournant le regard, en se mettant la tête sous le sable.  Jean dit bien que c’est en reconnaissant nos péchés, nos fautes, nos manquements, nos erreurs que nous connaîtrons la fidélité de Dieu, le pardon des péchés, et la libération des entraves dans lesquelles nous sommes pris. C’est en venant à la vérité que la vérité nous rendra libre.

Pas question de se croiser les bras

Certes, ce chemin n’est pas facile, mais c’est l’occasion de manifester notre foi en celui qui, nous dit Jean, « est la victime offerte pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais pour ceux du monde entier ». Cela paraît énorme, incommensurable. Nos sociétés qui ne connaissent pas Dieu, qui n’ont que si peu l’expérience du Christ, ne peuvent pas l’entendre. Cependant, nous pouvons, lorsque nous sommes chrétiens, aider à faire la vérité et à chercher les moyens de reconstruire ce qui a été brisé, montrer que c’est sur ce chemin que se trouve le relèvement. Peut-être, alors, permettrons-nous au monde de découvrir le don de Dieu.

Dans la fameuse scène du repas chez Marthe et Marie, que nous lisons dans l’évangile de Luc, il ne s’agit pas, bien évidemment, de conclure qu’il faut se croiser les bras pour rester simplement dans les sphères « spirituelles ». Il me semble que Jésus veut plutôt nous dire que pour marcher dans la lumière, l’inquiétude et l’agitation sont peu de choses. Il importe surtout de ne pas perdre contact avec celui dont la Parole est source de vie. C’est cette source qui donnera à notre action son sens et son efficacité.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens