Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 09:46

 

A propos de la leçon de Paul aux Corinthiens

1 Corinthiens 6, 1-11 ; Luc 6, 12-19

C’est un sévère portrait de la communauté de Corinthe que dresse Paul, en faisant état des dissensions qui la minent et de l’incapacité des Corinthiens de régler leurs différents, au point d’avoir besoin d’aller devant la justice « païenne ».

La communauté des « frères » n’est pas sainte. Elle se comporte comme si elle n’avait pas été justifiée – c'est-à-dire rendue juste – par l’annonce de l’Évangile, par le don de l’Esprit. Cette contradiction qui choque Paul demeure encore aujourd’hui. Paul le dira d’une autre manière, en parlant notamment de sa propre imperfection : nous portons un trésor dans des vases d’argiles.

Faut-il pour autant considérer que les chrétiens ne sont pas redevables de la justice civile, comme on pourrait le conclure des propos de Paul ? L’expérience récente montre qu’il y a un danger pour l’Église à penser qu’elle peut « laver son linge sale en famille », qui est le danger d’un réflexe d’autoprotection qui fait qu’on minimise certaines fautes, et que l’on demande rapidement aux victimes de pardonner, sans qu’il leur soit fait réparation, ni que les fautifs soient sanctionnés comme il le faudrait. Si bien que l’Église considère aujourd’hui que pour ce qui relève non pas de son fonctionnement interne, mais de la vie en société, le recours à la justice civile est non seulement fondé mais nécessaire.

Ces remarques amènent en fait à réfléchir sur le statut de la parole de Paul. Il convient en effet de distinguer ce qui est de l’ordre du conseil et ce qui est de l’ordre de la doctrine. Lorsque Paul réfléchit sur le fonctionnement de la communauté, sur les usages personnels, il ne parle pas de la même façon que lorsqu’il témoigne du mystère de la foi. Cela ne signifie pas que sa parole n’a alors plus d’actualité, mais qu’il faut distinguer d’un côté ce qui est lié aux circonstances et de l’autre la dynamique avec laquelle il examine ces circonstances. Pour le passage qui nous occupe, la dynamique qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est le don du Christ et de l’Esprit par lequel nous sommes justifiés. La question, c’est de vivre « à cette hauteur-là ». A nous de voir aujourd’hui ce que cela signifie.

Tout cela conduit à réfléchir à ce qu’est la Tradition. Elle n’est pas un bagage figé, inerte, mais un mouvement d’interprétation hérité de nos prédécesseurs. Nous avons la même responsabilité que les générations précédentes, celle de comprendre et d’actualiser la Parole dans notre monde. Nous devons, non pas nous contenter de reprendre de manière figée et immuable ce que ceux qui nous ont précédé dans la foi, mais agir avec la même intelligence, en nous laissant conduire par l’Esprit, pour trouver comment rendre compte de notre foi devant nos contemporains.

Service

Comme la liturgie est bien faite, le jour où la lecture de Paul nous invite à cette réflexion, nous lisons le récit de l’institution des Douze comme « Apôtres ».  Ce texte ouvre en fait la question de la transmission de l’œuvre de Dieu révélée en Jésus Christ. Les Douze sont ceux qui sont appelés plus particulièrement à en porter la responsabilité. Ils ont en charge cette « intelligence » dont nous venons de parler. Que Luc ait fait suivre la liste des noms des Douze par une scène qui montre la soif de délivrance et de guérison dans le peuple et la manière dont Jésus y répond, dit le sens de la mission des Douze. Ce n’est pas pour eux-mêmes qu’ils sont institués, mais pour ce peuple qui désire vivre. L’intelligence dont les disciples de Jésus doivent faire preuve pour porter l’évangile n’a de sens que pour ce service.

D.E.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens