Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 09:29

Elisée, modèle de foi

2 Rois 2, 1-14 ; Matthieu 6, 1-6. 16-18

La liturgie a laissé Akhab à son triste sort pour nous proposer de suivre Elie, comme l'a fait Elisée, jusqu’au moment de son départ. Le récit nous montre l’attachement indéfectible du disciple qui ne veut pas être séparé de son maître. Par trois fois, des « frères prophètes » annoncent au disciple que son maître va lui être enlevé. Comment entendre cet avertissement ? L’auteur ne nous donne guère d’indice pour l’interpréter. Il y a cette insistance, qui marque l’inéluctabilité de l’événement. Elisée ne dément pas ; au contraire, il confirme, mais il impose le silence. L’événement se passe de commentaires. Il y a des moments où il ne faut rien rajouter, mais simplement faire face. Elisée veut faire face et voir. Il sait qu’Elie va partir, mais il sait aussi qu’il ne sait rien de ce moment, de ce qu’il attend… La foi qui est la sienne doit faire face à cette forme de dénuement face à l’avenir, et il fait en sorte d’éviter tout ce qui pourrait être de l’ordre de « l’habillage ».

Cette détermination tient les « frères prophètes », sorte de professionnels de la religion, à distance.

Vient le moment du passage, non loin de Jéricho. Il est signifié par une traversée du Jourdain. Le lecteur peut imaginer qu’Elie et son disciple rejouent l’entrée dans la Terre promise… La mise en scène est voisine. C’est l’heure du don de Dieu. Elie interroge son disciple : que puis-je te léguer ? qu’attends-tu encore de moi ?

Elisée demande l’essentiel : l’esprit d’Elie. Et une double part. Il demande à vivre dans la fidélité à ce qu’il a déjà reçu, et plus encore, puisque le maître ne sera plus là. La réponse d’Elie est nette : cela suppose qu’Elisée ne le perde pas de vue… Qu’il garde le cap. Il recevra le don de la fidélité… s’il est fidèle. Ce n’est pas automatique.

Puis il faut de nouveau franchir le Jourdain. Revenir vers les hommes, passé le temps du deuil. Et c’est là que tout se joue. Ce que manifeste alors Elisée, c’est une foi charpentée, volontaire, qui n’hésite pas à interpeller Dieu. « Où donc est le Seigneur, le Dieu d’Elie ? » Tel est l’esprit d’Elie. Et devant cette foi, Dieu manifeste sa propre fidélité. Les eaux s’ouvrent. La foi fait passage…

Jésus n’invite pas à la modestie

C’est cette foi qui seule permet de vivre comme Jésus le recommande, dans l’évangile de Matthieu. Lorsque le rabbi de Nazareth s’insurge contre ceux qui font l’aumône « sous les spotlights » ou qui font grand étalage de leur ferveur, ce n’est pas de modestie qu’il entretient ses disciples, mais de foi.

C’est par manque de foi que nous cherchons des avantages, des consolations, de témoignages de reconnaissance, de la célébrité. Nous essayons d’obtenir des autres ce que nous pensons ne pas pouvoir recevoir de Dieu. C’est une manière de ne pas croire. Une manière de combler par nous-mêmes le désir que Dieu vient pourtant habiter. Il vaudrait beaucoup mieux que nous apprenions à l’interpeller, voire à l’invectiver, comme Elisée le fait, plutôt que de trouver des subterfuges pour nous gratifier et finalement lui donner congé.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens