Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 08:15

 

Pascal Dusapin : Celo, concerto pour violoncelle et orchestre

Être adulte c’est quoi ?

1 Corinthiens 3, 1-9a ; Luc 38-44

Nous revendiquons tous d’être adultes et voulons être traités comme tel. Mais qu’est-ce à dire ? En écrivant aux Corinthiens Paul leur dit qu’il est obligé de les traiter omme des enfants, et il ne s’agit pas pour lui de les flatter en leur expliquant que l’esprit d’enfance leur ouvre la porte du Royaume des cieux. Ce qu’il leur reproche, car c’est un reproche, c’est leur esprit de chapelle, les manières dont ils s’opposent en prétendant tenir d’un côté ou de l’autre la vérité. Leurs enfantillages consistent à se prendre pour le centre du monde en prétendant posséder la vérité.  Ils s’y prennent de manière « subtile », en disant non pas « J’ai la vérité », mais en se rangeant derrière une bannière : « J’appartiens à Paul, j’appartiens à Apollos ». Certes Paul ou Apollos sont des disciples, mais ils ne sont pas le Royaume…

Si nous regardons bien, ce genre de comportement n’a pas disparu, ni dans la société, ni même dans l’Église.

Or que dit Paul aux Corinthiens ? Qu’en se comportant ainsi, ils perdent Dieu de vue. Ils confondent le doigt et la lune. Être adulte, c’est discerner l’œuvre de Dieu, c’est reconnaître qu’il est celui qui donne la vie et la fait croître. Sans lui, tout le reste n’a pas de sens, pas de contenu. Cela ne veut pas dire qu’il faut attendre comme des oisillons qu’il nous donne la béquée, mais prendre au sérieux tout ce que nous vivons, parce qu’il en est la source.

Dans l’évangile de Luc, lorsque Jésus étant passé à Capharnaum, ayant guéri d’abord la belle-mère de Pierre, puis les malades et infirmes qu’on lui avait amené, se retire à l’écart, les foules lui courent après. « Tu ne vas tout de même pas nous laisser maintenant » lui disent les gens, qui voudraient bien garder avec eux celui qui a le pouvoir de régler leurs problèmes.

Luc précise que Jésus fait taire ceux qui proclament qu’il est le Fils de Dieu. Il écrit que ce sont les démons qui disent cela, ce que l’on peut aussi comprendre comme le fait qu’il y a quelque chose de pervers dans cette désignation d’un Fils de Dieu que l’on voudrait posséder.

Si Dieu règne…

Jésus refuse d’être ainsi la « solution » d’un petit nombre. Ni même d’un grand nombre. Ce n’est pas ce qu’il est venu annoncer. Son propos, ce n’est pas cela. Il vient annoncer « la bonne nouvelle du règne de Dieu ».  Si Dieu règne, nul besoin d’attendre une « solution », nul besoin de posséder chez soi le Fils de Dieu, ou Paul, ou Apollos. Si Dieu règne, il nous revient de vivre en en prenant acte, ce qui est tout différent.

 La solution, s’il faut en expliciter une, c’est nous, qui accueillons ce règne, nous qui le manifestons, nous qui le servons, comme Paul ou Apollos, ou Jésus le servent. Être adulte, c’est prendre cette responsabilité là, dans la réalité d’aujourd’hui.

D.E.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens