Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 07:55

Non plus serviteurs et mieux qu’amis : frères !

Actes 2, 36-41 ;  Jean 20, 11-18

Sur la rencontre de Jésus et Marie-Madeleine, au matin de Pâque, de si belles pages ont été écrites qu’on hésite à ajouter quoi que ce soit. Puis-je au passage vous recommander la lecture du très beau  (petit) livre du philosophe Jean-Luc Nancy Noli me tangere, paru chez Bayard ? Je retiendrais ce matin deux mots de Jésus : mes frères.

« Va plutôt trouver mes frères », lance-t-il à Marie Madeleine qui est tentée, peut-être, de retenir pour elle celui qu’elle aime et qu’elle croyait avoir perdu.

Lors de son dernier discours, Jésus avait dit à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteur, mais amis, parce que le serviteur ignore ce que fait le maître ; je vous appelle amis car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » Un peu avant, il leur avait dit : « Mes petits enfants… », et au début de l’ultime repas qu’il prenait avec eux, tout en leur lavant les pieds, il avait affirmé : « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis ».

« Mes frères. » Quel changement ! Et à quel moment ! C’est le ressuscité qui parle ainsi, celui que Dieu a glorifié, celui qui n’est autre que le Fils de Dieu ! L’Unique ! L’unique fils de Dieu a donc des frères en Dieu, des frères adoptifs sans doute, mais des frères tout de même, qui sont à leur tour fils de Dieu ! Et Jésus insiste : « Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ». Lui et nous, en égale position face au Créateur !

L’exemple de Pierre

Voilà bien plus qu’un effet « collatéral », bien plus qu’un débordement, bien plus qu’une une « bavure » de la résurrection. Voilà son œuvre. Une transformation radicale qui change notre relation à Dieu. Jean l’avait annoncé dans le Prologue de son évangile : « A tous ceux qui l’ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu… » Ainsi dans la résurrection, la chair qui ressuscite, c’est aussi la nôtre ;  le corps qui se relève, c’est aussi le nôtre. Tel est le retournement qui s’opère en Marie Madeleine lorsqu’elle entend son nom dit par Jésus. Elle est arrachée au deuil, à la mort, et accède à la vie nouvelle.

Cette transformation, qui arrive à son achèvement avec le don de l’Esprit, à la Pentecôte, Luc nous la montre en la personne de Pierre, qui parle comme le Seigneur, et qui annonce l’accomplissement de la promesse, comme Jésus annonçait la venue du Royaume. Pierre dit la parole qu’il a entendu du Fils qui l’a entendu du Père. Il ne la dit plus comme un devoir à accomplir, comme une parole à répéter servilement, mais comme une source qui jaillit de son propre cœur, comme un élan qui est le sien propre, sous la motion de l’Esprit.

Puissions-nous, à nôtre tour, nous laisser devenir « frères du Christ », pour entrer dans la joie des Fils et du Père et la partager avec nos frères à venir…

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens