Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 07:04

Dieu ne renie jamais à son alliance

Ézéchiel 37, 21-28 ; Jean 11, 45-57

Le prophète Ézéchiel annonce que Dieu va mettre fin à la division qui a déchiré Israël, fin à l’exil, fin aussi au péché qui le détruit de l’intérieur. Le Seigneur veut guérir son peuple, le sauver définitivement, car il ne se résout pas à le voir souffrir et se perdre : « Je conclurais avec eux une alliance de paix, une alliance éternelle ! » Dieu ne renonce pas à l’alliance du Sinaï, mais il veut la parfaire. Ce n’est pas lui qui l’a rompue, mais le peuple qui s’en est écarté, et qui fait, pour cette raison, l’expérience douloureuse du mal, de la déchirure, de la mort.

Ce que Dieu cherche, c’est le moyen non pas de contraindre ceux qu’il aime à respecter l’alliance – ce qui en ferait une prison –, mais le moyen de leur permettre d’accéder librement et pleinement à la vie et au bonheur – ce qui est le souhait le plus cher de tout homme –, le moyen de les délivrer des chaînes de l’orgueil, de la violence et de la convoitise…

On sent dans ce texte, et c’est très émouvant, l’amour du Père pour ses enfants, un amour fidèle, inlassable, souffrant de voir ceux qui l’aiment  en difficulté. On entend ce cri qui retentit plusieurs fois dans la Bible : « Ah ! si Israël m’écoutait… » Si nous n’avons pas le cœur dur comme pierre,  cela  suscite en nous le désir de nous tourner vers lui, pour dire : « Voici, je viens… »

Pourtant, il arrive que les enfants résistent à ce qui les touche profondément, qu’ils ne parviennent pas  à se dégager de ce qui les enferme ; et il faut souvent aux parents une longue, et parfois douloureuse, patience qui exige beaucoup d’eux-mêmes, avant de voir le fils ou la fille accéder à une vraie liberté d’adulte.

Un don reçu comme une gifle

L’évangile de Jean témoigne de ce refus, qui est avant tout une forme d’impossibilité mystérieuse. Ceux à qui Jésus s’est adressé en leur annonçant la venue du Royaume, la libération de ce qui les divise, les déchire et les emprisonne, en leur disant : « Heureux êtes vous… »,  ceux-là ne peuvent pas croire que s’ouvre devant eux le chemin de la vie. Ils reçoivent ce don comme une gifle et se révoltent. Ils se sentent en danger. Ils craignent de se retrouver isolés et en position difficile,  si d’autres se laissent convaincre. Alors ils ne voient qu’une issue : se débarrasser de celui qui les met dans cette position si inconfortable.

Mais Jean ne nous raconte pas cela pour nous rendre haïssables ceux qui condamnent Jésus à mort. Il nous apprend ainsi jusqu’où va l’amour de Dieu pour les siens, pour les hommes.

Il est des parents qui renoncent et abandonnent leur enfant, parce que c’est trop dur de le voir s’enfermer dans ce qui le mine. En Jésus, Dieu, ne renonce pas. Il prend tous les risques, y compris celui de sa propre vie. Cette alliance éternelle, annoncée par Isaïe, c’est un amour qui ne rompt pas dans l’épreuve, qui ne se brise pas sous les coups, qui ne se dissout pas dans les échecs. Un amour qui ne meurt pas, même en traversant la mort, découvrirons-nous à Pâques. Voilà l’alliance de paix : toujours, à chaque instant, dans la plus profonde des détresses, dans le pire des refus ou des crimes, nous pouvons nous tourner vers celui qui nous aime ainsi, et retrouver le chemin de la vie. Il nous accueillera et nous aidera à nous relever.

D. E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens