Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 09:07

Un amour qui ne possède rien ni personne

Ézéchiel 16, 1-15. 59-60. 63 ; Matthieu 19, 3-12

Le prophète Ézéchiel est un génie littéraire, le texte que nous lisons aujourd’hui en est une démonstration éclatante. Quelle superbe manière de relire l’histoire d’Israël, autrement que sous la figure des patriarches et de l’exode. Ce qui s’exprime, c’est la volonté de Dieu que vive le plus petit, le rejeté, l’oublié, celui dont nul ne voulait. Mais Dieu ne se contente pas de cela. Il s’engage, il s’allie avec celui qu’il a sauvé.

Ézéchiel a choisi de parler d’Israël à travers la figure de Jérusalem. Le personnage collectif qu’il met au centre de son récit est donc une jeune fille, dont il nous dit que Dieu fait une princesse splendide, à laquelle il laisse toute liberté.

Le don de Dieu lui-même est enivrant, si bien que la princesse en vient à oublier celui à qui elle doit tout, fascinée par ce qu’elle est devenue, et par l’effet qu’elle produit autour d’elle. On peut aussi y voir l’effet du traumatisme des origines. Quoi qu’il en soit, Ézéchiel nous montre que Dieu ne renonce pas au don qu’il a fait, à l’Alliance qu’il a conclu : il va renouveler son don, refonder son Alliance en lui donnant un caractère éternel. Le don devient pardon, vie redonnée, liberté rendue, dignité restaurée…

Il y a beaucoup à méditer, pour intérioriser cette manière dont Dieu veut nous être présent, et relire le parcours qu’il a fait avec chacun de nous, et avec nous tous. Cette fascination exercée par le don que nous avons reçu au point de nous rendre aveugle sur son origine est une chose largement partagée aujourd’hui, mais nous pouvons entendre ce texte comme l’assurance que Dieu n’abandonne pas ceux qu’il a aimés. Son amour continue de s’offrir à tous, y compris à ceux qui ne le reconnaissent pas ou plus. Cela devrait nous préserver de « maudire » ce monde, et nous inciter à lui annoncer la bonne nouvelle de la permanence de l’amour de Dieu.

Parabole

L’évangile de Matthieu est lui aussi centré sur la question de la permanence de l’Alliance, à travers la figure du mariage. Il faut lire attentivement le texte pour en saisir l’enjeu, et avoir en tête la situation d’infériorité de la femme à l’époque de Jésus. Elle transparait dans la question qui lui est posée : « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? » On sent bien qu’il s’agit de savoir si on peut s’en débarrasser « légèrement ». On retrouve cela dans la remarque des apôtres : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, il n’y a pas intérêt à se marier. »

Jésus instaure un autre rapport que celui de l’usage et de la possession, envisagé par ses interlocuteurs. C’est me semble-t-il en ce sens qu’il faut entendre la suite de ses propos, lorsqu’il utilise, comme une parabole, la figure de l’eunuque (mot qu’hélas la traduction liturgique fait disparaître[1]) : il s’agit de se situer dans l’ordre du service, voire de l’admiration, et non dans l’ordre de la jouissance. Il n’est peut-être pas tant question de « célibat », comme les clercs d’aujourd’hui veulent bien l’entendre, mais d’un rapport à l’autre qui considère que l’autre ne nous appartient pas – ce qui est la situation de l’eunuque à l’égard de celle qu’il sert pour son roi. Ce que propose Jésus, c’est un service amoureux.

Tout cela se comprend si l’on reprend la logique du texte d’Ézéchiel : Dieu n’a pas sauvé l’enfant trouvé pour en jouir, mais pour qu’elle vive. Dieu n’a pas fait de Jérusalem ou d’Israël sa chose. Et son amour, son Alliance n’est pas altérée par le fait que celle ou celui qu’il aime ne se comporte pas comme il l’aurait espéré. Le Créateur s’est définitivement fait serviteur amoureux…

D.E.



[1] Faut-il y voir une manière de « châtrer » le texte ? Jésus ne dit pas que certains « renoncent à se marier », mais qu’ « ils se font eunuques à cause du Royaume des cieux », ce qui est une image parabolique et non une apologie du célibat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens