Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 09:49

 Une nécessaire mise à distance

Actes 1, 1-11 ; Hébreux 9, 24-28 ; 10, 19-23 ; Luc 24, 46-53

Aujourd’hui, nous fêtons un départ, une distance qui s’instaure. Cela peut paraître surprenant, car on fête plus naturellement des retrouvailles, le bonheur d’être avec quelqu’un… Nous fêtons le moment où le ressuscité quitte ses disciples pour entrer dans la gloire du Père.  La nuée dans laquelle il disparait, selon le récit de Luc dans les Actes, c’est la nuée de la présence de Dieu, la shekina, qui, dans le Livre de l’Exode, accompagne le peuple dans sa marche. Jésus entre dans une dimension qui est celle du mystère, dans une forme de présence qui ne nous permet pas de le saisir…

Ce « moment », Luc l’a raconté deux fois, d’abord à la fin de son évangile, ensuite au début du livre des Actes des apôtres. Les deux récits ne sont pas exactement semblables, ce qui est déjà en soi une indication que nous sommes devant une situation qui nous échappe en partie.

Luc a pris soin, dans le récit des Actes, de rendre compte d’une sorte de malentendu, d’incompréhension. Il nous montre en effet le décalage entre ce qui préoccupe les apôtres et ce que leur demande Jésus. Pour les apôtres, la question se pose de savoir quand Jésus va rétablir la royauté en Israël. Pour eux, c’est l’objectif « naturel », dont ils ne doutent pas qu’il puisse être aisément réalisé puisqu’en ressuscitant Jésus a vaincu la mort… Ils attendent encore un coup d’éclat. Il leur est aimablement répondu qu’ils n’ont pas à se mêler d’une question qui est du seul ressort de la liberté du Père, et que Jésus attend d’eux autre chose : qu’avec le secours de l’Esprit Saint, ils soient ses témoins, ses envoyés, comme lui est l’envoyé du Père. On comprend que le « retrait » de Jésus semble nécessaire pour que ce témoignage soit rendu : cette prise de distance ouvre le temps de l’Église, du témoignage du peuple de Dieu.

Les disciples vont éprouver une certaine difficulté à se mettre en route, ce dont Luc fait état avec cette scène de deux hommes en vêtement blanc – une façon de désigner deux « anges du Seigneur », mais dans la Bible, l’ange du Seigneur, c’est souvent une manière de dire qu’il s’agit de la présence effective mais voilée (à peine) de Dieu lui-même – qui interpellent les disciples en leur disant : « Hommes de Galilée, pourquoi restez vous à regarder vers le ciel… »

Nous fêtons donc cette invitation à ne pas « rester à regarder vers le ciel », pour nous préparer à témoigner de l’œuvre accomplie par Jésus, pour dire Sa parole, avec « la force venue d’en haut », l’Esprit Saint.

Une ouverture

La lettre aux Hébreux vient corriger la perspective qui était celle des apôtres. Son auteur ne nous parle pas de la restauration de la royauté en Israël, mais nous annonce « nous pouvons entrer au sanctuaire du ciel, grâce au sang de Jésus ». Cette distance que nous célébrons aujourd’hui est donc en réalité une ouverture pour nous permettre d’entrer dans la joie du Père.

Témoigner, c’est vivre dès aujourd’hui, non pas en fuyant la réalité, mais en éclairant cette réalité à la lumière de la croix et de la résurrection du Christ. C’est le point de départ qui nous permet d’adopter une manière de vivre qui ouvre la possibilité de transformer ce monde, afin que les hommes y goutent les bienfaits de la justice, de la vérité, de la paix et de l’amour. En partant, Jésus rend paradoxalement possible l’expérience de sa présence intérieure pour le service des hommes, afin de leur révéler qu’ils sont appelés eux aussi à devenir frères de Jésus et fils de Dieu.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens