Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 09:36

Le témoignage de Joachim et Anne

Siracide 44, 1. 10-15 ; Matthieu 13, 11a. 16-17

 

Pour fêter Anne et Joachim, dont il n’est pas question dans les Évangiles mais dont les noms sont mentionnés dans un écrit du iie siècle attribué à Jacques – le « frère de Jésus » –, datant du second siècle, la liturgie nous invite à méditer tout d’abord un texte de Ben Sirac le Sage, qui met en valeur « les hommes de miséricorde », « ces personnages glorieux qui sont nos ancêtres ». Tel est selon le Sage, la gloire véritable, et non la force, la richesse, ni même l’intelligence. Ce témoignage de miséricorde se transmet, écrit-il, de génération en génération. C’est ce témoignage qui est le gage de fidélité de ceux qui viennent après eux.

Ben Sirac laisse entendre qu’il y a chez ces hommes quelque chose de divin. En effet, l’hommage qui leur rendu ressemble fort à celui qui est rendu à Dieu : « Jamais leur gloire ne sera effacée… Les peuples raconteront leur sagesse, l’assemblée proclamera leur louange. » C’est un peu comme si l’exercice de la miséricorde et celui de la justice avait conformé ces hommes à Dieu, en les faisant participer à son œuvre.

Ainsi, Ben Sirac, avant le prologue de l’évangile de Jean, a-t-il l’intuition de ce que l’évangéliste annonce : « A ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu… »

Nous ne connaissons pas Anne et Joachim. Jésus a certes eu des grands parents, et derrière ces noms, nous sommes invités à voir des personnes dont la conscience intérieure a préparé son avènement, d’une autre façon que Jean-Baptiste. De même avons-nous la responsabilité, par notre fidélité à l’œuvre de Dieu dans nos vies, d’ouvrir pour ceux qui nous suivent le désir d’accueillir la grâce de Dieu.

Talents

Les deux versets et demi, tirés de l’évangile de Matthieu que nous propose la liturgie, à l’occasion de cette fête, soulignent cette question du désir : « Beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu… » Remarquons qu’ils n’en sont pas moins justes, ils n’en sont pas moins prophètes… Leur désir a préparé la venu du Seigneur…

Sans doute les baptisés sont-ils, avec les disciples, de ceux à qui « il est donné de connaître les mystères du Royaume de Dieu ». Mais, d’une part, cela ne veut pas dire que nous comprenons tout, ni que nous voyons clair en tout. Paul lui-même le reconnaît. Et d’autre part, cela accroit notre responsabilité : cette connaissance, nous la recevons comme les talents des trois serviteurs de la parabole. Il nous revient de la faire fructifier. N’imaginons pas nécessairement des choses extraordinaires, hors de portée, commençons par rechercher la gloire que célèbre Ben Sirac le Sage : Soyons des hommes et des femmes de miséricorde.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens