Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 10:38

Le psaume 18 (19) chanté par les moines d'En Calcat

Le sens d’un envoi en mission.

Psaume 18(19) 1-5b

A l’occasion de la fête des apôtres Simon et Jude, la liturgie nous invite à lire, entre autres, le début du psaume 18(19).  C’est un texte qui revient assez souvent au cours de l’année, et il est vrai que ce psaume, dans son intégralité, est l’un des plus beaux de la Bible.

La raison pour laquelle ce texte a été retenu pour fêter les apôtres tient  évidemment au verset  5 a-b, que la traduction liturgique rend ainsi : « sur toute la terre en paraît le message, et la nouvelle au limite du monde ». On peut l’entendre en écho à l’envoi en mission des Onze par le ressuscité, à la fin des évangiles synoptiques.

Mais, une fois que l’on a dit cela, il faut sans doute revenir au psaume lui-même pour comprendre quelque de cette mission qui est aussi la nôtre.

Le psaume commence par nous parler de la circulation d’un récit, d’une parole. « Les cieux racontent la gloire de Dieu… » La création, nous rapporte le livre de la Genèse, est le fruit d’une parole. Le Psaume nous dit qu’un des effets ultérieurs de cette création,  c’est que la parole circule pour  rendre gloire à Dieu. Elle circule dans des ordres différents qui ne se confondent pas, et qui ne rendent pas tous compte de la même chose : les cieux… la gloire de Dieu ; le firmament…  l’œuvre de ses mains ; le jour…  le récit (ou le dire) de Dieu ; la nuit… la connaissance (ou le savoir) de Dieu. Chaque aspect peut ouvrir tout un espace de méditation et de contemplation…

Nous avons là des plans et des propos différents, qui respectent les séparations établies dans le premier récit de la création : le jour n’envahit pas la nuit de son propos, ni l’inverse… C’est une manière de nous dire que Dieu se manifeste, existe, se révèle de façons multiples, diverses, dans des temps et des espaces différents. Gardons-nous donc d’être réducteur. S’il faut néanmoins chercher un principe unificateur, c’est celui d’une louange transmise. La parole qui circule est une parole adressée à un ou des destinataires qui ne sont pas nommés, mais sans lesquels les verbes employés – raconter, rapporter,  énoncer, transmettre (ou leur variante selon la traduction : livrer, donner…) – n’auraient pas de sens. Cette parole n’est pas lâchée dans un vide, elle est témoignage.

Pourtant, cette  proclamation est singulière : elle est, comme l’écrit Paul Beauchamp dans son très beau livre Psaumes nuit et jour  (Le Seuil), « en dessous de toute les paroles audibles ». C’est ce que dit le verset 4 : « Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s’entende. » La parole qui circule, est une parole d’avant la parole que nous articulons d’homme à homme. Elle s’adresse à un entendement plus profond, plus intime que celui de nos discours…

Une pulsation profonde

Ne disons pas qu’il n’y a rien, sous prétexte que rien de s’entend, ou que que ce qui se dit ne se dit pas avec des mots : le verset 5 vient aussitôt affirmer : « leur message sort [jaillit ou paraît] de toute la terre ». On a là l’image d’une source, d’une pulsation profonde qui vient au jour, que rien ne peut arrêter. Quelque chose est manifesté et il faut l’interpréter. Quelque chose qui n’est pas livré comme une explication, comme un catéchisme… mais qu’il faut accueillir, recueillir. Et le psalmiste insiste sur l’universalité du phénomène : « de toute la terre… jusqu’au bout du monde… »

Si nous revenons à l’envoi en mission des Onze, alors nous comprenons que cet envoi n’est pas un plan de conquête d’un univers qui serait vierge de toute parole créatrice. C’est au contraire un envoi à la rencontre de cette parole qui est en dessous des mots, en dessous des paroles humaines, mais qui déjà annonce « la gloire, l’œuvre, le dire, la connaissance de Dieu… ». Il ne s’agit pas d’inventer ce qui n’existe pas, mais de révéler ce qui est à l’œuvre…

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens