Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 08:39

La parole qui n’est pas mise en pratique ne porte pas de fruit

1 P 4, 7-13 ; Mc 11, 11-25

Une bien étrange histoire que celle de la malédiction que Jésus lance contre un figuier où il ne trouve pas de fruit, alors que, selon l’évangéliste, ce n’était pas la saison des figues. C’est à n’y rien comprendre, si on ne la lit pas comme un misdrash, comme une parabole. Car enfin, pourquoi le Fils de l’homme s’en prendrait-il à un  arbre qui n’en peut mais. Du figuier, le livre des proverbes nous dit : « Qui soigne son figuier en mangera les fruits », ce qui peut s’entendre : « Qui étudie la torah en goutera les fruits ».Et l’une des caractéristiques du figuier, c’est qu’il ne donne pas tous ses fruits en même temps, mais qu’ils murissent les uns après les autres… Belle image de l’étude et du progrès dans la foi.

Jésus a faim, raconte Marc. Faim du fruit de la torah. Faim de voir les hommes produire le fruit d’une parole écoutée et mise en pratique. Mais il rencontre la stérilité spirituelle. N’oublions pas qu’il vient d’arriver à Jérusalem, qu’il a été acclamé, et qu’on est à quelques jours de la Passion. Bientôt les mêmes foules qui le célébraient demanderont sans sourciller sa mise à mort. Jésus le sait… Cette scène nous dit d’abord que derrière les apparences, derrière les feuilles nombreuses du figuier – qui, rappelons-nous, servirent à Adam et Ève à cacher leur nudité, après avoir mangé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, contrairement à l’ordre de Dieu –, les cœurs sont vides et secs. Visitant le Temple, Jésus y trouve les vendeurs et les changeurs, mais pas la prière qui devrait rassembler toutes les nations. Cette stérilité est en elle-même une malédiction. Voilà pourquoi l’arbre se révèle finalement sec.

Bien sûr, on peut lire cette petite parabole comme une critique de l’état spirituel d’Israël et de ses chefs religieux, à l’époque de Jésus. Mais on aurait tord de ne pas entendre qu’elle nous provoque aussi : quels sont les fruits de la parole en nous, dans l’Église, pour le monde ? Quelle est l’épaisseur de notre foi ? Quelle nudité cachent les feuilles abondantes du rite et des belles paroles ?

C’est bien pourquoi Jésus dit à ses disciples, dont Marc précise qu’ils l’avaient écouté, de prier avec foi, avec une foi capable de déplacer les montagnes. Il ne s’agit pas seulement de prier, mais de vivre en croyant que ce qui est demandé dans la prière est accordé. Et plus encore, de pardonner – mais nos rancœurs, nos amertumes, nos doutes à l’encontre des autres ne sont-ils pas des montagnes à déplacer – afin de recevoir de Dieu le pardon, parce que nous aurons ainsi ouvert en nous la possibilité de recevoir sa grâce…

Croire que nous pouvons obtenir de Dieu le pardon, c’est pouvoir nous présenter à lui, tel que nous sommes, sans craindre notre nudité, notre faiblesse, sans avoir besoin de nous cacher derrière les feuilles du figuier. Et c’est pouvoir goûter les fruits de sa parole.

Porter un fruit réjouissant

Ainsi, nous est-il proposé de vivre d’une foi agissante et miséricordieuse, pour porter le fruit qui réjouira le Christ et nos frères. On retrouve cela dans la lettre de Pierre : « Soyez donc sobre et raisonnable pour être prêts à la prière. Avant tout ayez entre vous une charité intense, car la charité couvre la multitude des péchés. Pratiquez l’hospitalité entre vous sans récriminer… »

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens