Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 09:52

Suites pour Violoncelles, de Bach, par Rostropovitch

De quoi sommes-nous responsables ?

Éphésiens 3, 2-12 ;  Luc 12, 39-48

Chers amis, me voilà de retour après quelques jours dans des contrées septentrionales où je n’avais pas accès à internet.  Veuillez m’excuser de ce silence…

La lettre aux Éphésiens est à mon sens un des textes majeurs du christianisme, que nous devrions toujours avoir à l’esprit.  Paul y pose des affirmations centrales pour la foi chrétienne, et son lien avec l’héritage biblique. Le Christ nous dit-il, rassemble Israël et les païens, les réconcilie, et les réunis en un seul corps. C’est ce que nous lisions hier.

« Les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile », c’est ce que nous lisons aujourd’hui. Et Paul ajoute : « C’est le projet éternel que Dieu a réalisé dans le Christ Jésus notre Seigneur ».

Il n’est pas question pour Paul que les païens supplantent ou remplacent les juifs. Il n’est pas question de substitution, mais de communion, de réconciliation, de partage... Il n’est pas davantage question d’une promesse nouvelle. Dieu ne change pas de projet, il le révèle à tous, et tous peuvent désormais avoir accès à lui en toute confiance, comme le dit l’apôtre. Prenons la mesure de cette révélation.

Ici, nul n’est détenteur d’une vérité que l’autre devrait admettre pour être accepté ou reconnu. Ce qui est au contraire manifesté, c’est l’infinie libéralité de Dieu qui accueille tous les hommes et leur permet de vivre en frères, tous fils du même Père.

Vivre en frères, le livre de la Genèse, nous en montre abondamment la difficulté. D’abord par l’exemple de Caïn et Abel, puis celui d’Ésaü et Jacob, enfin, par l’histoire de Joseph et des autres fils de Jacob.

La question qui nous est adressée, me semble-t-il, c’est de savoir si nous sommes disposés à être les serviteurs de ce projet de Dieu. Dans la parabole du maître de maison qui tarde à venir, Jésus parle d’un intendant à qui est confiée la charge de ses domestiques, à qui il doit donner en temps voulu leur part de blé… Si ces domestiques sont en réalité des frères… ou appelés à être considéré set traités comme des frères, combien plus l’intendant devrait-il prendre soin d’eux. Voilà donc à mon sens, ce qui nous est confié, dès lors que nous voulons suivre le Christ, qui accomplit le projet de Dieu : servir la mise en œuvre de la fraternité.

D.E.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens