Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 08:59

Quelques  cailloux blancs de la route de Damas

Actes 9, 1-29

Le récit de la conversion de Saul sur le chemin de Damas est si connu que nous ne prêtons guère l’attention à ses détails, qui sont pourtant parlants. Sans doute le lecteur est-il lui aussi aveuglé par la lumière centrale du texte. Aussi, ce matin, je vous propose quelques remarques « périphériques », quelques petits cailloux blancs sur la route

Le premier point qui mérite attention, c’est « la rage meurtrière » qui anime Saül. Une intention que le disciple de Gamaliel croit bonne, légitime, mais qui est en réalité destructrice. S’il y a conversion, c’est parce qu’il y a un retournement du désir, une réorientation vers une dynamique de vie. Voilà qui doit nous interroger sur nos propres passions.  Il ne s’agit pas de renoncer à la profondeur du désir qui les suscite, mais d’accepter qu’elles soient réorientées de manière à devenir porteuses de vie.  Et l’un des critères, c’est non pas d’abord ma vie, mais la vie de l’autre…

Ne nous méprenons pas : l’appel de Saul n’a pas commencé à retentir pour lui sur le chemin de Damas. Il est inscrit en lui depuis bien plus longtemps. Mais encore faut-il qu’il reconnaisse que la manière dont il pensait le mettre en œuvre doit lui être donnée par celui qu’il veut servir, et que ce don réordonne sa vie, ses perceptions, et sa façon de se situer dans son rapport aux autres.

C’est pourquoi, et c’est le second point, la première expérience que fait Paul, dès lors qu’il a entendu l’appel du Seigneur, est de constater qu’il ne voit plus rien. Ce qui lui semblait clair auparavant, ce qu’il considérait comme une évidence sur la foi de laquelle il s’était mis en route, ou plutôt en chasse, ne l’est plus. Saul doit faire découvrir qu’il n’est pas sa propre lumière, qu’il ne sait pas dans quel sens il doit aller ni dans quelle direction il doit orienter le désir qui l’anime. En fait, pendant trois jours, il est comme mort : il est privé de la vue et reste sans manger ni boire. Il ne reçoit rien qui le fasse vivre. N’est-ce pas ce que l’on éprouve lorsque l’on constate que ce sur quoi on avait misé sa vie ne suffit plus à nous tenir debout. Saul attend d’être ramené à la vie… Chacun de nous est invité à passer par là.

Un converti peut en cacher un autre

Le troisième point, c’est l’appel adressé à Ananie, ce juif de Damas qui avait accueilli l’Evangile.  Lui aussi fait un chemin de conversion. On l’oublie souvent. Il est appelé à faire du bien à celui qui vient, en principe, faire du mal aux disciples du Christ. Cela ne va pas de soi, et d’ailleurs, le premier réflexe d’Ananie est de protester. S’il refuse, Saul reste dans la nuit… Beaucoup donc dépend de sa réponse. De sa foi en la capacité de retournement du Seigneur, en sa puissance de résurrection. « Faites du bien à ceux qui vous haïssent ! priez pour vos ennemis… » Ces paroles de Jésus, Ananie est prié de les entendre et de les mettre en pratique.

Enfin, dernier point, la parole de Dieu à Ananie au sujet de Saul, n’est pas moins surprenante : « Je lui ferai découvrir tout ce qu’il doit souffrir pour mon Nom… » La violence, Paul n’en sera plus l’ordonnateur, mais celui qui la prendra sur lui… Voilà le retournement. Paul va devenir le serviteur non pas de la colère de Dieu, comme il croyait devoir l’être, mais celui de la bonté de Dieu qui aime les hommes quels que soient leurs mérites, Dieu qui prend sur lui le mal pour rendre la vie de nouveau possible.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens