Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 12:31

Comment Erasme va-t-il voter ? C’est bien la question que je me pose. On a beaucoup entendu parler de « points non négociables » pour les catholiques… Pour ma part, il me semble qu’une telle approche est malvenue, parce qu’elle nous interdit de considérer l’ensemble de notre responsabilité quand nous votons, en focalisant le regard sur des questions certes importantes, mais qui ne sont qu’une partie des enjeux considérables de la situation présente.

Je renvoie volontiers les lecteurs de ce blog à la très intéressante interview que le théologien jésuite Christoph Theobald a accordé à Témoignage Chrétien dans le dernier numéro de cet hebdomadaire (vous pouvez l’acquérir en ligne sur le site : http://www.temoignagechretien.fr/). Ne protestez pas tout de suite en disant que TC est le dernier réduit des cathos de gauche. Témoignage chrétien est en train de revenir à l’intuition fondatrice du Père Chaillet, en novembre 1941 : offrir un outil de résistance spirituelle et de fraternité, pour permettre aux chrétiens de tenir leur place dans ce monde. Christoph Theobald explique qu’il faut que les chrétiens réinvestissent la politique, pour y faire l’expérience de la foi en l’autre, pour manifester qu’il y a un avenir possible, pour y accueillir les signes de la croissance de la vie…

Au terme de cette campagne électorale qui n’a pas été très enthousiasmante, il me semble que ce dont nous avons le plus besoin, c’est précisément de reconstruire cette confiance de la société en elle-même, cette confiance dans un avenir possible ensemble, cette confiance dans la richesse de notre diversité, formidable ressource si nous cessons de nous opposer les uns aux autres.

Certes, il n’y a pas de programme ni de candidat idéal. Néanmoins, il y a aussi des programmes et des candidats qui s’écartent de cet horizon de confiance et de fraternité.

Lesdits « points non négociables », qui touchent à des questions d’éthique, ne pourront pas trouver d’expression concrète dans une société qui ne retrouverait pas ce sens de la confiance mutuelle, du respect de l’autre, du dialogue. Pour faire face à des questions si délicates que la fin de vie, ou le désir d’enfant, il nous faut être capable d’écoute, d’échange, d’accompagnement. Tout ce qui serait simplement décrété ou asséné n’aurait aucune chance d’être compris ni efficace. Dans ces conditions, s’en tenir à ces points reste une position de principe qui se lave les mains des réalités difficiles.

Ne croyons pas que la question se borne à savoir pour qui nous allons voter dimanche. Il nous est demandé de savoir à quoi nous allons nous engager ensuite, pour prendre notre part de redressement de notre société, de la construction de l’avenir dont nous savons qu’il sera radicalement différent du passé, en raison des mutations économiques, technologiques et démographiques. Ces moments difficiles sont une chance, si nous savons conjuguer nos forces, nous mettre au service les uns des autres, et mettre en valeur ce qui est prometteur.

Je pense en particulier à la jeunesse, et en particulier à celle qui vit dans des conditions difficiles : l’énergie qui l’habite est grande, et il nous faut lui permettre de s’orienter positivement. La peur qui nous tétanise et qui a été si souvent brandie pendant cette campagne électorale est mauvaise conseillère. Le regard se focalise trop souvent sur des faits divers dramatiques qui occultent tout ce qui se fait ou ce qu’il est possible de faire. Le discours de la désespérance noie des réalités encore fragiles, mais riches de potentiel. Comme si nous voulions nous persuader que tout ne peut qu’aller de plus en plus mal. À force de le répéter, nous créons les conditions de l’échec…

Je crois fondamentalement en une société ouverte : l’échange entre l’intérieur et l’extérieur est le principe essentiel de toute vie. Il est inutile de rêver à une fermeture étanche de nos frontières, c’est un leurre absolu, nous ne vivons déjà plus dans le simple espace de la géographie physique, tant les flux de tous ordres circulent autour de la planète. L’avenir ne sera pas autre que fait de métissage, de mobilité, de transversalité, d’échanges. C’est déjà notre présent et nos enfants y vivent très naturellement, souvent disposés à étudier ou à travailler à des milliers de kilomètres de leur famille. Plutôt que nous calfeutrer, il vaut mieux chercher à organiser, moduler, faciliter et réguler ce mouvement. C’est pour cela qu’en dépit de toutes ses limites, l’Europe est une nécessité indispensable. Ce continent n’est pas, contrairement à ce que l’on raconte, simplement vieillissant et hors-jeu : il peut être le laboratoire du monde qui vient. C’est un défi à relever, et nous en avons les moyens matériels, culturels et spirituels.

Comment donc Erasme va-t-il voter ? Pour ce qui divise le moins, pour ce qui espère le plus dans la mise en œuvre des responsabilités et des potentiels de chacun, pour ce qui brandit le moins la menace d’un monde effrayant, pour ce qui ne promet pas de remède miracle mais nous appelle à retrousser nos manches, pour ce qui n’oppose pas les uns contre les autres, pour ce qui croit que l’avenir reste ouvert.

À vous de choisir

Amicalement

Desiderius Erasme

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Clémence 01/05/2012 00:39

"L’avenir ne sera pas autre que fait de métissage, de mobilité, de transversalité, d’échanges."

Comme je suis d'accord avec vous, cher Erasme, et à la veille du second tour, votre billet me semble encore plus percutant de vérité. J'ai découvert récemment votre blog par l'intermédiaire du site
de la CCBF et je suis ravie tant par la qualité de votre écriture que par la pertinence de vos propos.

J'ai également publié un billet sur mon blog pour expliquer mon vote à la lumière de ma foi (en étant par ailleurs beaucoup plus explicite que vous). Même si le blog en lui-même, étant plutôt
consacré aux choses de la vie quotidienne, ne présente pas beaucoup d'intérêt pour vous, vous seriez peut-être intéressé de lire ce billet en particulier:
http://chronique-des-semaines.blogspot.fr/2012/04/livre-3-chapitre-9.html

Merci, en tout cas, pour votre justesse.

René de Sévérac 20/04/2012 15:28

"Il est inutile de rêver à une fermeture étanche de nos frontières, [...]. L’avenir ne sera pas autre que fait de métissage, [...] nos enfants y vivent très naturellement [...}.C’est pour cela
qu’en dépit de toutes ses limites, l’Europe est une nécessité indispensable. [...] : il peut être le laboratoire du monde qui vient. "

Mon cher Erasme, plaidoirie pour (NS ou FH car la différence ne saute pas aux yeux) la mondialisation.
Puis-je avoir un avis différent et ajouter :
1. laisser l'Islam pénétrer aisément au risque que la charia s'impose demain - mes petites filles en tchador, Non!
2. mes enfants sont métissés avec Anglais, Breton, ...
3. l’Europe est une nécessité indispensable pour faciliter un Hinterland pour l'Allemagne (plus performante, ce n'est pas de la xénophobie); aujourd'hui un déficit commercial de €70 Mrd finançant
l’excédent germanique de €150 Mrd.
Pour sûr, au laboratoire du monde, je préfère une identité légèrement moins métissée ! Est-ce encore chrétien ?

otshapovski 20/04/2012 14:29

j'essaierai de opter et de continuer à prêcher ce que je ressens pour le Christ ,très difficile pour moi , je ne me sens pas acceptée par les catholiques, de plus ma foi, varie selon les situations
, car d'autres personnes résonnent de différentes façons et difficile de les convaincre trop âgées
Mais je continue , je ne sais si vous entrez dans mon discours en exemple Dimitri et moi nous nous sommes mariés , la cérémonie fut consacrée par des prêtres ouvriers , encore en activité en 1957,
bref je me sens plus proche l'abbé Pierre que des Éminences qui règnent à Rome, qui doivent avoir des difficultés à nous comprendre, mais je vous jure qu'il faut avoir un certain culot pour prêcher
la parole christique dans le monde où je vis , je voterai socialiste , mais il y du a ""pain sur la planche"" heureusement j'ai une fille qui prend la relève dans son coin elle à entrepris sous
l'égide des Éminences de la région "le catéchumène , d'abord des enfants et maintenant des adultes , ce n'est pas tellement épistolaire la façon dont j'écris , mais tant qu'on à"" la foi" n'est ce
pas ?

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens