Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 09:20

En écoutant Roland de Lassus

De David à Jésus

1 Corinthiens 4, 9-15 ; Luc 6, 1-5

Quand les pharisiens interrogent Jésus parce que ses disciples arrachent et froissent des épis le jour de shabbat, faisant ainsi un « travail » contrairement à ce que prescrit la loi, Jésus les renvoie à l’histoire de David et ses compagnons qui avaient mangé les pains consacrés, au temple de Nob. Ce faisant, il fait plus que raconter une simple anecdote qui justifierait le geste de ses disciples. Il établit une comparaison entre lui et David, l’élu de Dieu. David et ses compagnons fuyaient devant Saül qui le poursuivait d’une jalousie meurtrière.

On peut entendre dans ce propos que le nouveau David c’est lui, et que ceux qui s’en prennent à lui sont animés par la jalousie. Pourtant, si David s’est défendu pour sauver sa vie, le livre de Samuel raconte que jamais il n’a attenté à la vie de son persécuteur, quand bien même, à deux reprises, il en eu l’occasion. Telle est la grandeur de David, qui ne veut pas faire de mal à celui qui, comme il l’affirme lui-même, a reçu l’onction de Dieu, quand bien même il ne s’en est pas montré digne. Cette maîtrise, car c’en est une, Jésus la revendique. C’est celle du service de la vie. Là est tout le sens de la loi.

Aussi, quand il affirme sa liberté par rapport à la loi – « le Fils de l’homme est maître du shabbat » – il ne dit pas que ses disciples ont eu raison d’enfreindre la loi, et il dit encore moins qu’il dispose de la loi pour agir selon ses « caprices » ou ceux de ses amis. Il manifeste qu’il s’inscrit dans la continuité de David qui croit fondamentalement au don de Dieu. Et c’est ce don qui importe.

On retrouve dans le texte de Paul des indications d’un comportement semblable à celui de David, lorsqu’il écrit : « Les gens nous insultent, nous les bénissons. Ils nous persécutent, nous supportons. Ils nous calomnient, nous avons des paroles d'apaisement. »

Cette grandeur, cette maîtrise, vaut à Paul et aux apôtres, non pas d’être considérés, mais d’être méprisés. Cela semble, aux yeux des hommes, un aveu de faiblesse, un signe de folie. Plus encore, ils sont en situation d’immense fragilité : « Nous sommes, pour ainsi dire, les balayures du monde. »

Don irrévocable

C’était exactement la situation de David, lorsqu’il arrive à Nob, quand bien même il avait vaincu Goliath… Pourtant David n’a pas douté de la parole de Dieu, et il lui est resté fidèle. C’est à cette parole que Paul finalement nous ramène en rappelant que c’est elle et elle seule qui l’a mobilisée, elle qu’il a annoncée. Et en cela, quelle que soit sa situation, quelles que soient les apparences, il est le père de ceux qui ont reçu de lui cette parole. Rien ne peut être fait contre cela.

La conclusion est double. D’une part, nous sommes invités à vivre dans cette même liberté, qui est la véritable maîtrise, par rapport aux apparences dans lesquelles nous nous trouvons, en servant toujours la vie. De l’autre, nous pouvons nous rappeler que la parole qui fait naître en nous cette liberté, nous l’avons reçue de nos pères dans la foi, quand bien même ils peuvent être aujourd’hui méprisés, rejetés, dans la difficulté. Le don qu’ils nous ont fait, par la grâce de l’Esprit, est irrévocable.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

catherine 05/09/2010 09:16


Si on retourne au texte du 1 livre de Samuel (chapitre 21) on voit que David est tout seul, en fuite devant Saül et qu'il raconte n'importe quoi au prêtre de Nob pour obtenir de la nourriture et
une arme.

Ce qui est étonnant c'est que Jésus rapporte en fait une version qui est différente de l'écriture.

Mais ceci ne change pas les choses, car effectivement jamais David n'attentera à la vie de Saül et les meurtres de la famille de ce dernier ne pourront jamais lui être attribués. David au moins
pour cela a les mains propres.

Amicalement er merci pour vos billets que j'attends avec impatience;


Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens