Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 07:59

L’amour plutôt que le reproche

Romains 12, 9-13 ; Luc 10, 38-42

Lorsque nous lisons ce passage de Luc, qui raconte la manière dont Jésus fut accueilli par Marthe et Marie, sous prétexte que Marie « a choisi la meilleure part » nous pensons qu’il y a dans la réponse de Jésus à Marthe une forme de reproche à son égard. Marthe aurait tort de s’activer à vouloir bien recevoir Jésus. Et rapidement, nous entrons dans le vieux débat, usé jusqu’à la corde, qui oppose l’action et la contemplation. Moyennant quoi nous n’entendons le texte lui-même. Et l’on pourrait dire que nous abandonnons la place tenue par Marie, aux pieds du Seigneur.

Pourtant, cette rencontre simple avec le Christ, ne la souhaiterions nous pas ? Il y a dans le dialogue entre Marthe et Jésus un naturel, une clarté, une confiance dont nous aimerions être capables. Marthe est, comme on dit, « nature »… Elle parle sans circonvolutions. Sans calcul. Elle dit sans ambages ce qui la dérange. Qui d’entre nous peut se targuer de dialoguer avec le Seigneur de cette façon, avec cette tranquillité directe ? Rares sont dans la Bible, les personnages qui dialoguent ainsi avec Dieu. Moïse est de ceux-là, mais il converse avec Dieu davantage comme un ministre, que comme un ami. Le dialogue de Marthe et Jésus fait davantage songer à la rencontre d’Abraham avec les « trois visiteurs », au chêne de Mambré. D’ailleurs, Abraham, comme Marthe, se soucie de bien recevoir ses hôtes. Mais il a à sa disposition un serviteur et… Sarah.

Jésus ne reproche pas à Marthe son activité, il ne lui dit pas qu’elle a tord de vouloir bien le recevoir. La lecture de la lettre de Paul aux Romains montre que l’apôtre ne méprise pas non plus cet aspect au bénéfice d’une attitude qui serait plus « spirituelle », au contraire, il explique que l’amour ne se paie pas de mots, mais d’attitudes concrètes, où l’accueil de l’autre est l’une des valeurs essentielles. Jésus lui-même n’a-t-il pas dit à ses apôtres en les envoyant en mission que celui qui donnerait un verre d’eau fraîche à « l’un de ces petits » ne perdrait pas sa récompense. N’a-t-il pas expliqué dans l’allégorie du jugement dernier au chapitre 25 de Matthieu que l’accueillent en personne ceux qui visitent les malades et les prisonniers, ceux qui vêtissent celui qui est nu, ceux qui donnent à manger et à boire à ceux qui ont faim et soif…

Il arrive que nous soyons ainsi « accaparés par les multiples occupations du service ». Ce n’est pourtant pas le service qui est en cause, mais peut-être le moment où ne voyons plus sa finalité, ni celui à qui il est destiné. Marthe, lorsqu’elle interroge Jésus, semble attendre de lui qu’il fasse la leçon à sa sœur. Mais cela, Jésus s’y est toujours refusé. « Suis-je le juge de vos partages », répond-il à l’homme qui vient protester auprès de lui à propos d’une affaire d’héritage.

Jésus semble dire à Marthe que si elle a quelque chose à demander à Marie, il vaut mieux qu’elle le fasse directement, simplement, afin qu’elles trouvent ensemble la meilleure manière d’accueillir leur hôte. Il ne s’agit effectivement pas d’enlever à Marie la part qu’elle a choisie, en faisant l’égalité « par le bas », mais sans doute d’élargir cette part, afin que Marthe retrouve la paix qui lui fait défaut. Et cette part, c’est celle de l’amour, et nulle autre. Il n’y a donc pas de reproche sur le service. Jésus invite Marthe à élargir son cœur. De même y sommes-nous invités,  si à notre tour nous considérons Marthe avec reproche, comme elle-même considérait Marie…

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens