Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 11:41

La fidélité de Dieu ne gomme pas les blessures

(1 R 11,29-32 ; 12, 19 et Mc 7,31-37)

Dieu fait ce qu’il a dit. C’est ce que veut illustrer la page du livre des Rois que nous lisons ce matin. Se met en place ce qui a été annoncé à Salomon. Le Royaume va être divisé, et il ne restera à la dynastie de David que la tribu de Juda. Un prophète met en scène ce qui va arriver et on peut admirer la trouvaille « théâtrale » du partage du manteau neuf en douze morceaux. Ainsi est manifestée la fragilité de l’unité du peuple de Dieu.

Mais une autre leçon est présente dans ce texte, celle de la volonté de Dieu de rester fidèle à la promesse faite à David, en même temps que celle de tenir tout Israël dans la perspective de l’Alliance, malgré la division. Ce qui est annoncé, ce n’est pas la ruine du peuple de Jacob, pour châtiment de son infidélité, mais une tentative d’établir, avec Jéroboam une sorte de duplicata de l’Alliance. D’ailleurs, par la bouche du prophète Ahiyya, Dieu dit ceci à Jéroboam (11,38) : « Si tu écoutes tout ce que je te prescrirai, si tu marches sur mes chemins, si tu fais ce qui est droit à mes yeux, gardant mes lois et mes commandements comme l’a fait mon serviteur David, je serai avec toi et je te bâtirai une dynastie stable, comme celle que j’ai bâtie avec David. »

Ce qui est donc le plus étonnant, ce n’est pas la déchirure, mais cette manière qu’à Dieu de ne jamais renoncer, comme si renoncer c’était se nier lui-même. Comme la vague qui revient sans cesse sur la grève, on voit Dieu sans cesse revenir pour ravauder l’Alliance… Voilà bien ce qu’il nous faut pour notre part sans cesse méditer, pour comprendre la relation que Dieu établit avec l’homme.

Pourtant, la Bible n’est pas irénique. Avant même de nous raconter que Dieu aura de quoi être déçu, lorsqu’il verra comment va se comporter Jéroboam, elle nous montre aussi qu’il y a, pour parler familièrement, « de la perte en ligne ». Certes, dans ce récit, les rédacteurs bibliques ont manifesté que le futur royaume du Nord sera aux yeux de Dieu tout aussi légitime que celui de Judas. L’unité « spirituelle » du peuple de Dieu est assurée par l’unité de l’Alliance au-delà de la division politique. Personne ne sort de la « main » de Dieu. Cependant un détail dans le récit ne laisse pas d’intriguer, qui ne peut être considéré comme une négligence littéraire. Le prophète déchire son manteau en douze morceaux, qui figure les douze tribus issues de la lignée de Jacob. Mais il dit ensuite à Jéroboam n’en prendre dix, tandis qu’il ne restera qu’une tribu à la descendance de Salomon. Il n’est pas besoin d’être polytechnicien pour comprendre que le compte n’y est pas… C’est une façon de dire qu’il reste une blessure que Dieu n’efface pas. Certes un peu plus loin (12,21), on verra la tribu de Benjamin liée à celle de Juda. Mais si les rédacteurs bibliques ont mis en place ce « mécompte », c’est bien pour signifier que Dieu ne règle pas tout et n’efface pas, par magie, les traces des fautes des hommes.

Mais qui est sourd ?

Pourtant, les hommes aimeraient bien qu’il en aille ainsi. C’est pour une part une raison qui explique le succès de Jésus et le malentendu qui va s’installer. Dans le récit de la guérison du sourd-muet, il est frappant de constater que Marc ne rapporte aucun échange de parole entre Jésus et ceux qui lui présentent l’infirme. Rien à entendre, rien à dire. C’est la situation elle-même qui est sourde et muette !

Jésus prend l’infirme à l’écart, et « l’ouvre » à lui-même et aux autres, puis il revient vers ceux qui l’ont conduit à lui, pour leur recommander, quel paradoxe !, de se taire. Mais ils n’entendent rien et font tout le contraire, précisément parce qu’ils pensent que le problème a été résolu, et que cela suffit amplement, sans qu’il soit nécessaire de s’interroger sur eux-mêmes ni sur celui qu’ils sont venus rencontrer. En définitive, en dépit des apparences, cette rencontre n’a pas eu lieu…

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens