Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 07:08

De l’écoute et du jugement…

Jérémie 11, 18-20 ; Jean  7, 40-53

Devant la parole de Jésus qui enseigne dans le temple de Jérusalem, l’assistance se divise. Les humbles, touchés par une parole qui les frappe par sa nouveauté et sa liberté (« Jamais personne n’a parlé comme cet homme ! ») s’interrogent sur celui qui la prononce. Qui est-il ? Un prophète ? Pourquoi pas le Messie tant attendu ? D’autres, forts de ce qu’ils croient être une connaissance des Écritures, ont déjà réglé le problème : aucun prophète ne surgit jamais de Galilée. Pour eux, l’affaire est entendue sans qu’il soit même besoin d’écouter ce que dit Jésus. Quand le savoir conduit à éteindre la capacité d’écouter, et donc de s’interroger, il est source de mort.

Car c’est bien de mort qu’il s’agit, puisque les autorités religieuses veulent faire périr celui dont la voix dérange. Nicodème – qui est pourtant pharisien – l’a bien compris, et avec courage il interroge ceux qui prétendent savoir : « Notre Loi permet-elle de condamner un homme sans l’entendre ? » Assurément non. Mais ceux qui savent ne veulent rien savoir. Ils ignorent même ce qu’ils savent !

La suite de l’histoire est connue : Jésus sera condamné, comme le fut Jérémie dont la parole dérangeait, elle aussi en son temps. On a voulu faire taire le prophète, on a cru qu’en l’éliminant, on effacerait la parole qu’on ne voulait pas entendre. Tentative criminelle vouée à l’échec : nous lisons toujours  le livre de Jérémie et sa parole ne cesse de nous bousculer. Rien n’éteint la parole de vie, il se trouve toujours, ne serait-ce qu’un « petit reste », pour l’entendre et la transmettre – car l’écouter sans la transmettre, c’est aussi la faire taire…

« Maudits ! »

Ce « reste » n’est pas forcément si petit. Il n’est pas non plus celui qui présenterait toute les « garanties religieuses ». Les adversaires de Jésus le disent, quand les hommes de mains qu’ils avaient envoyés pour arrêter Jésus expriment leur étonnement devant ce qu’ils ont entendu (« Jamais personne n’a parlé comme cet homme ! »). Ceux qui sont, en principe, les dépositaires du savoir religieux rétorquent que « cette foule ne sait rien de la Loi » Et ils vont plus loin : ils lancent une condamnation – une fatwa, dirions nous aujourd’hui. « Ce sont des maudits ! » Accusation totalement mensongère, injuste et infondée. Ce faisant, ils enfreignent eux-mêmes la Loi dont ils se prétendent les défenseurs. Mais ils associent dans une même condamnation celui qui dit la Parole qu’il reçoit du Père, et celui qui accueille sincèrement cette même Parole.

L’enseignement est double. Interrogeons-nous d’abord sur les moments où ce que nous croyons savoir s’oppose à une véritable écoute. Seuls les humbles peuvent entendre. Gardons-nous de faire de ce que nous croyons savoir l’outil d’un jugement qui ne nous appartient pas, mais n’appartient qu’au Père qui l’a remis au Fils. Reconnaissons ensuite qu’écouter vraiment nous expose à la même adversité que Jésus ou Jérémie. Le serviteur n’est pas plus grand que le maître. Mais Jésus ne dit-il pas : « Heureux êtes-vous lorsqu’on vous persécute et que l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi, car votre récompense est grande dans les cieux ; c’est ainsi en effet qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés… » ?

D.E.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens