Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 07:54

Le prix d’un témoignage authentique

Actes 14, 19-28 ; Jean 14, 27-31a

Nous retrouvons ce matin Paul en Asie Mineure, au cours de son premier voyage. L’apôtre des païens, comme il se présente lui-même, a toujours commencé par prendre la parole dans les synagogues des lieux où il passait. Pour lui en effet, c’est à partir des juifs, du sein même de la communauté que se fait l’annonce universelle. Mais le choc de cette annonce, qui amène à la communauté beaucoup de non Juifs, est tel que certains y voient une menace pour eux-mêmes. D’où une réaction violente contre Paul. C’est ce qui nous est rapporté dans le passage que nous lisons ce matin.  A Antioche de Pisidie et à Iconium, Paul et Barnabé ont été chassés, mais leurs adversaires les ont suivi jusqu’à Lystres et  cette fois-ci, la peur tourne à la colère et à la rage.

Paul est lapidé, laissé pour mort. Il vit dans sa chair ce qu’a vécu Etienne sous ses yeux, ce qui a été pour lui une transposition de la passion du Christ dont il n’a pas été témoin. Si bien que le texte de Luc prend une dimension liturgique : Paul célèbre en sa chair la mort et la résurrection de Jésus. D’où cette image de Paul qui se « relève » lorsque les disciples se rassemblent autour de lui, comme Jésus s’est relevé d’entre les morts. Paul, conformé au Christ, par cette « Passion express », va pouvoir alors entrer dans la ville,  d’où il a été chassé, puis après être allé jusqu’à Derbé, il reviendra à Lystres, Iconium et Antioche, sans que se déchainent les mêmes violences.

Tout cela donne à l’exhortation de Paul aux communautés qu’il a ainsi fondées, avant de les quitter, une densité particulière : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le Royaume de Dieu. » Il ne s’agit pas simplement d’accepter des contrariétés, mais de passer là où Jésus est passé, par une expérience de mort et de résurrection, afin d’en donner un témoignage authentique, réel.

L’œuvre de Dieu

Naturellement, cela ne se planifie pas. Cela n’appartient qu’à celui qui nous appelle à lui pour le servir.  Luc le souligne de deux manières, dans le passage que nous lisons. Il nous dit d’abord que Paul et Barnabé reviennent « là où ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l’œuvre qu’ils venaient d’accomplir ».  Ce qu’ils ont vécu a donc été avant tout l’œuvre de la grâce de Dieu. Puis Luc indique que les deux voyageurs racontent « tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations païennes la porte de la foi ». Ils disent dont l’œuvre de Dieu à laquelle ils ont été associés par grâce.

De même, dans la péricope de l’évangile de Jean que nous lisons ce matin, Jésus ne se présente pas comme celui qui agit de son propre chef, selon sa seule volonté. « Il faut, dit-il, que le monde sache que j’aime mon Père, et que je fais tout ce que le Père m’a commandé. » Le Père est et demeure la source de toute chose, de tout témoignage. Cela ne veut pas dire que notre foi nous sort du monde, mais qu’elle nous invite à être dans le monde avec le Père qui y est à l’œuvre. C’est en ce sens que Jean dans sa première lettre : « Si quelqu’un dit “J’aime Dieu” et hait son frère, c’est un menteur, en effet, celui qui n’aime pas son frère qu’il voit ne peut aimer Dieu qu’il ne voit pas ». Ce que le Père commande en effet à Jésus, et à nous même, c’est d’être pour les hommes les signes de son amour, au prix même de notre propre vie.

D.E.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens