Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 09:32

La leçon d’Habacuc

Habacuc 1, 12-17; 2, 1-4 ; Matthieu 17, 14-20

Pierre et André, Jacques et Jean étaient des pêcheurs du lac de Galilée, si l’on en croit le début des évangiles synoptiques. On aurait pu s’attendre à ce que Jésus choisisse des éleveurs, comme l’étaient Abraham, Isaac et Jacob… D’autant qu’il utilisera ensuite l’image du bon pasteur… Mais aux quatre premiers disciples, qui lancent le filet, l’épervier, il dira : « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes ».

Cette image n’a qu’une correspondance dans la Bible, le passage du prophète Habacuc que nous lisons aujourd’hui. Dieu, nous dit le prophète, a choisi les Chaldéens pour être le bras de son jugement, et ceux-ci, jetant leurs lignes, lançant leur filet, font une pêche abondante…

Habacuc se lamente, car ce jugement s’exerce dans la violence et la barbarie. Il ne se satisfait pas de cette situation et attend de Dieu autre chose. Dieu lui répond que cette attente ne sera pas déçue : « Le juste vivra par sa foi ». Mais encore faut-il croire, et observer la justice…

C’est précisément sur ce point que jaillit le reproche que Jésus adresse à la foule qu’il retrouve après la « transfiguration » : « Génération incroyante et dévoyée, dit-il. Combien de temps devrai-je vous supporter ? » Jésus semble une nouvelle fois excédé. Il guérira l’enfant épileptique qu’on lui présente, mais reprochera a ses disciples d’avoir manqué de foi.

Pour tous, sans distinction

En quoi faut-il croire, sinon au fait que Dieu accomplit son œuvre, en dépit des apparences. La transposition de l’image du pécheur, du livre du prophète Habacuc aux évangiles, témoigne que le jugement de Dieu va s’accomplir mais non plus sur un mode vindicatif, qu’illustrent les Chaldéens, mais d’une manière qui repose sur la foi et la mise en œuvre de la justice. Le rassemblement des hommes, pris au filet des apôtres, n’est pas pour la destruction mais pour la vie.

Pourquoi avoir choisi l’image du pêcheur plutôt que celle du pasteur ? C’est que, comme le dit d’ailleurs Jésus, le berger connaît ses brebis et les distingue. Le pêcheur lance ses filets et attrape indistinctement les poissons qu’il ne connaît pas. Ce qui est ainsi annoncé, c’est un « jugement » – entendons ainsi l’accomplissement de la volonté créatrice et libératrice de Dieu – qui ne fait pas de distinctions entre les hommes, pour s’offrir et s’étendre à tous. Et ce jugement est à la disposition de ceux qui l’attendent…

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens