Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 08:36

Ne soyons pas plus rigide que le Créateur

Isaïe 38, 1-8 ; Matthieu, 12, 1-8

Le roi de Judas, nous dit le texte d’Isaïe, souffrait d’une maladie mortelle. Isaïe vient, de la part du Seigneur, l’informer qu’il n’y aura pas de sursis et qu’il importe donc que le roi prenne, comme on dit, les dispositions nécessaires pour une succession sans encombre. Dieu songe à l’avenir, et veut le préserver. C’est dans sa nature. La vie va continuer, il revient à Ézékias d’en assurer la transmission. Tel est le sens de la démarche d’Isaïe. Et puisque nous sommes tous mortels, nous pouvons entendre que ce souci nous incombe, à nous aussi.

Ézékias réalise, en entendant la parole d’Isaïe, qu’il touche aux limites de son existence. Il en est bouleversé. Dieu va entendre sa prière et prolonger ses jours. Pourtant, ce que Dieu a entendu, nous ne l’avons pas lu. Le roi s’est contenté de demander à Dieu de se souvenir de sa bonne conduite et de sa fidélité. Sans doute espère-t-il ainsi se retrouver, après sa mort, « dans le sein d’Abraham », comme Lazare dans la parabole évangélique dite « du pauvre et du mauvais riche ». A cette prière, Ézékias a ajouté ses larmes. Tristesse ou repentir ? nous ne savons pas. Désarroi, certainement

Isaïe est chargé d’annoncer qu’Ézékias vivra quinze ans de plus et que le joug assyriens sera levé. Ce récit nous enseigne donc que Dieu donne ce que nous désirons sans oser le demander : le Seigneur  ne résiste pas à celui qui ne lui cache pas sa détresse. Telle est la plénitude du don de Dieu qui revient sur « ses plans[1] », en raison de son amour pour l’homme. Et puisqu’il faut signifier cela, coup de génie littéraire de l’auteur, l’ombre du jour va reculer, sur le cadran solaire du palais royal… Même la « loi naturelle » ne résiste pas à la volonté du Créateur !

La leçon de cette histoire, c’est que les arrêts de Dieu – ou du moins ce que nous nous représentons comme tel – sont relatifs, qu’ils sont ordonnés à la vie, et non l’inverse. C’est pour l’avoir oublié que les pharisiens s’exposent aux remontrances de Jésus, lorsqu’ils pensent le prendre en défaut à partir du comportement de ses disciples, qui avaient arraché des épis le jour du sabbat.

Bernique

On s’attend à lire dans ce passage de Matthieu cette parole forte que nous avons en tête : « Le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat », mais Jésus dit autre chose : « Le Fils de l’homme est maître du sabbat. » Il se présente dans la position de celui qui peut faire reculer l’ombre sur le cadran solaire. On s’étonne même que cette déclaration ne soit pas suivie d’un tonnerre de protestations. Peut-être l’évangéliste les a-t-il tout simplement passées sous silence.

« Il y a ici bien plus grand que le Temple » venait d’affirmer Jésus. Il nous est impossible de nous méprendre : celui qui parle nous provoque. Il ne s’agit pas simplement de nous inviter à une interprétation plus libre, plus intelligente, moins bornée de la loi, mais de nous hisser à sa hauteur – celle de Dieu – pour nous placer dans l’ordre profond du désir même de Dieu : « C’est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices… » Il n’est pas seulement question de faire de la bonne philosophie pratique, mais d’entrer dans les vues même de Dieu, avec celui qui a ordonné toute sa vie à cette musique là.

Demandons-lui non seulement d’être raisonnables, mais divins. En toute modestie. Soyons saints, non parce que nous le serions par nous-mêmes, mais parce qu’Il est saint… Nuance qui nous permet d’ouvrir les portes et fenêtres de nos demeures et de nos temples au souffle de l’Esprit, et de faire un pied de nez aux limites que nous sommes toujours tentés de mettre à nos existences et surtout à celles des autres. Dieu est un grand « relativisateur » ! N’en déplaise à ceux qui vivent accrochés à la loi, comme une bernique à son rocher

D.E.



[1] L’expression est abusive – le Dieu des « plans » n’existe pas – mais je l’emploie pour faire vite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens