Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 11:02

Être présent à notre vie…

Cher Thomas,

Ces derniers jours ont été fort occupés, c’est pourquoi j’ai tardé à t’écrire. Mais précisément, cela me conduit à réfléchir sur nos vies parfois si remplies qu’une activité en suit une autre sans que nous ayons le temps de nous poser calmement pour reprendre notre souffle et nos esprits. On peut se demander si toute vie spirituelle ne risque pas de disparaître. La journée s’achève et nous n’avons pensé qu’à ce qu’il y avait à faire !

Y a-t-il là-dedans une place pour Dieu ? Qu’a-t-il à voir avec tout cela ?

Comme tu as pu le constater depuis le début de nos échanges, c’est avec une certaine réticence que j’utilise le mot Dieu, parce qu’il me semble que ce mot nous pousse à considérer celui qu’il désigne comme un personnage extérieur à notre monde, à notre vie. Et par conséquent, nous serions en dehors de lui, et il nous jugerait de loin… Dans ces conditions, la question de la place pour Dieu se pose en termes de temps qu’il faudrait lui réserver. Serait-ce un quart d’heure le matin, une heure le soir ? Le temps d’un « Notre Père », au minimum ? Bien des prédicateurs l’ont affirmé, mais je crains que cela n’ait été qu’une béquille, quand cela n’a pas été une fausse piste. Prendre cette direction, c’est prendre le risque d’une forme de clivage, pour ne pas dire de schizophrénie spirituelle. Un quart d’heure dans le « monde de Dieu » et le reste dans l’autre…

Pour ma part, j’incline aujourd’hui à penser que la Création se poursuit, et que nous en sommes partie prenante, comme une cellule est partie prenante d’un corps. Que nous y pensions ou non, nous y sommes. Pourrions-nous partir de là ? Dès lors, la question ne se pose plus dans les mêmes termes. Il s’agit de savoir comment nous sommes présents à notre vie, à ce que nous faisons, à nos occupations. Le « commandement nouveau », laissé par Jésus à ses disciples, nous indique la manière d’être présent à notre vie : aimer. Certes, il ne s’agit pas seulement d’un sentiment, mais d’un don de soi : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime », dit Jésus dans l’évangile de Jean. Un don, et un goût. Aimer la vie, c’est en découvrir le goût, la richesse, la profusion…

 

Du plus proche au plus lointain

Il me semble, cher Thomas, qu’alors, le mouvement s’inverse : il ne s’agit plus de penser à Dieu, pour lui trouver une place dans notre vie, mais de vivre du don de Dieu. C’est alors lui qui se manifeste à nous, et il n’est pas difficile de s’en rendre compte, puisqu’en nous efforçant d’être simplement présents à notre vie en aimant, nous nous trouvons en disposition de le recevoir, dans cette même vie, quelle qu’elle soit.

Je n’invente rien, évidemment. Tout cela découle de la parole de Jésus, répondant à celui qui lui demandait : « Quel est le plus grand commandement ? » La réponse avait été celle de la tradition juive, exprimée par Hillel : aimer Dieu et son prochain comme soi-même. Ce qui résume toute la Torah. Ce que nous appelons la Loi. Aimer cette vie que nous vivons et dans laquelle nous vivons. Aimer ceux que nous côtoyons, de proche en proche, jusqu’aux plus lointains.

Peu importe alors que nous ayons « pensé à Dieu », ou non, de manière formelle. Soyons bien certains que cette seule orientation suffit pour que Dieu lui-même, par son Esprit, se rende présent à nous et se fasse connaître. Cela lui appartient totalement. C’est ainsi qu’il « est ».

Si nous commencions par là, cher Thomas, je crois que nous ne tarderons pas à donner à d’autres le goût de vivre ainsi.

À bientôt, mon ami

Desiderius Erasme

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Alice Damay-Gouin 10/09/2011 11:21


Merci d'essayer de parler simplement de notre relation à Dieu-Amour.En vous lisant,j'ai repensé à quelques phrases que j'entends régulièrement: "Oh,aujourd'hui, je n'ai encore rien fait" ou "je
suis complètement débordé(e)!" ou comme ce jeune me demandant: "Mais est-ce que ce n'est pas ennuyeux d'enseigner chaque année, la même chose?" Nous sommes à chaque fois dans le domaine du faire!
Et, à ce jeune, j'ai répondu :" ce n'est ce que je disais à mes élèves pour leur apprendre quelque chose qui était important mais ce que je vivais avec eux". Vivre, c'est aimer, être en
relation.
En ce moment, j'ai repris de nombreuses activités mais ma joie vient de tout ce que je vis dans mes nombreuses rencontres.Mais ma prière n'est pas toujours consciente, passionnée par ce que je vis!
Seulement, ma vie a pris une autre dimension à partir du jour où j'ai commencé à m'allonger quelques instants pour dire cette prière: "Seigneur, je me laisse contempler par Toi qui es Amour. Je me
laisse imbiber, imprégner de ton Amour..."Je me suis plongée dans la tendresse infinie de ce Dieu-Amour et je me laisse habiter par cet Autre. Je laisse ma vie entre ses mains et si je ne pense pas
constamment à Lui, je lui fais confiance et j'ai trouvé une sérénité.Ce qui me permet de dire:"Dans la Joie, l'Espérance, la Confiance et la Paix du Christ, fruits de l'Amour".
Alice


Dorothee 07/09/2011 12:47


Cher Desiderius,
J'aime vraiment ton prénom qui pose le désir comme origine et expression de toute vie.
Ce que tu écris à propos du temps, temps pour Dieu ou temps pour "régler les choses à faire" est fondamental.
Plus nous sommes reliés à l'immensité de l'amour de Dieu (la source) puis nous devenons le lieu ou peut cette source peut s'écouler, se traduire dans le monde.

La question devient "comment nous relier profondément et durablement"?
Eh bien sans doute en sachant nous taire (faire silence dans la méditation), tout en nous rendant disponibles à ces dimensions d'éternité qui émaillent nos journées. Nous "retirer dans nos
chambres" change nos vies, et nos vies changent nos espaces de méditation.
Merci pour ce chemin.
D


Desiderius Erasme 07/09/2011 19:17



Chère Dorothée,


merci de ce commentaire. Ne manquons jamais d'écouter le désir dans sa grande profondeur... On n'aime parfois "de travers", souvent pas assez, jamais trop...


DE



Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens