Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 08:48

Ne  noyons pas la résurrection dans la langue de buis

Actes 3, 1-10 ; Luc 24, 13-35

Nous venons de fêter Pâques, à grand renfort de lumières et de chants, presque comme une évidence, après la longue marche du Carême. Pourtant, cette évidence est-elle si grande ? La liturgie de ce jour nous propose de lire le récit des pèlerins d’Emmaüs. Voilà deux disciples qui viennent d’apprendre que le tombeau a été trouvé vide, que des anges ont annoncé aux femmes que Jésus est vivant, mais ils sont abattus, et quittent Jérusalem défaits. Jésus va le leur dire sèchement : ils n’ont rien compris. La traduction de la Bible de Jérusalem est plus crue que celle que nous entendons dans  la liturgie : « Esprit sans intelligence ! »

Serions-nous plus malins que ces deux disciples ?

Comment entendre cette question sans pratiquer la langue de buis, sans aligner les belles phrases convenues qui évacuent la brutalité de l’interrogation ? Car il faut bien nous demander ce que la résurrection change, ou non, dans nos vie. Il faut bien mettre en question notre manière ordinaire, sinon routinière, de vivre et de faire face aux contingences de l’existence.

Ne serions-nous pas comme cet infirme que Pierre et Jean rencontrent à la Belle Porte du Temple, là où on l’installe chaque jour pour qu’il puisse pratiquer la mendicité, puisque c’est son lot ? Ou comme celui de la piscine de Bezatha qui attendait en vain depuis huit ans quelqu’un pour le porter dans l’eau lorsqu’elle se mettait à bouillonner…

La résurrection vient-elle briser nos enfermements, nos fatalismes ?

« Lève-toi ! »

A l’infirme de la Belle Porte, Pierre et Jean signifient qu’ils ne veulent pas jouer le jeu qu’il attend d’eux. Il n’aura pas d’argent… Mais ils lui annoncent qu’il peut se lever. Ils lui ouvrent, au nom de Jésus Christ, la possibilité de vivre autrement, de manière nouvelle.

Et nous, entendons-nous vraiment qu’il nous est dit, à nous aussi, comme à Abraham : « Lève-toi, marche… » ?

Écoutons cette insistance de la liturgie, qui nous montre, comme l’on écrit les évangélistes, que la résurrection n’est pas une évidence, que nous y résistons inconsciemment, comme les Hébreux n’ont pas facilement accepté d’être sortis d’Égypte.

 A chacun de nous de voir, dans notre vie d’homme ou de femme, à quoi nous convie cette parole : « lève-toi et marche », et par quelle décision mise en acte, nous  pouvons répondre à cette invitation. Croire commence aujourd’hui… chaque jour.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

catherine 07/04/2010 16:02


merci pour ces textes quotidiens.

Je veux juste signaler que le paralytique de la piscine est depuis 38 ans dans cet état et non huit. je pense que c'est une faute de frappe.

Amicalement


Desiderius Erasme 10/04/2010 07:45



Merci de cette fraternelle correction...



Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens