Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 10:15

Nous poursuivons la lecture de la première lettre de saint Jean. Le disciple que Jésus aimait nous invite à la simplicité du cœur. «  Mes bien-aimés, tout ce que nous demandons à Dieu, il nous l’accorde, parce que nous sommes fidèles à ses commandements, et que nous faisons ce qui lui plait. Or voici son commandement : avoir foi en son fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé. » Rien d’alambiqué dans ce programme, rien qui soit réservé à des initiés, à des savants… Ce que nous rappelle Jean est à la portée de tout un chacun, à sa propre mesure. Tel sont les « talents » ou les « mines » de la parabole du roi qui partait en voyage en confiant ses biens à ses serviteurs. Voilà ce qu’il nous est proposé de faire fructifier.

La suite de la lettre met en garde les « bien-aimés » contre les courants gnostiques qui commençaient à faire florès à l’époque où Jean écrivait, contre les prétendus « inspirés », dont l’une des techniques de séduction consistait à présenter des doctrines sophistiquées, qui flattaient la vanité de celui qui croyait les comprendre.

Ce piège est toujours d’actualité, et le meilleur moyen de s’en garder est de revenir à la simplicité du cœur proposée par Jean, à l’exercice humble de l’amour mutuel soutenu par la foi en celui qui a donné sa vie par amour.

Notre temps a besoin que cet amour soit manifesté, il a besoin que nous retrouvions à la fois la compassion (et pas simplement l’indignation) et la dilection, c'est-à-dire une attention bienveillante et engagée envers l’autre. C’est un des ingrédients de la confiance partagée, qui est si nécessaire dans les moments de crise et de difficultés.

L’évangile de Matthieu que nous lisons ce matin nous rapporte les débuts de la prédication de Jésus. L’évangéliste rappelle que Jean-Baptiste avait été arrêté, ce qui montre que le climat politique n’était pas particulièrement serein. Mais l’attente était grande dans le peuple, et tout autour de lui, puisque selon Matthieu, la prédication de Jésus attirait les foules de toute la région.  Nous lisons parfois cette péricope sans plus nous étonner de ce succès : nous l’avons tant entendue. Et nous nous méfions, à juste titre, des lectures « triomphales »… Mais si nous nous efforçons d’aborder ce texte avec le regard que donne la simplicité du cœur à laquelle nous invite Jean, nous sommes alors sensibles à ce que révèle la présence de ces foules : une grande souffrance, un grand désarroi, une soif de vie meilleure. Jésus ne méprise pas cela, au contraire, il y prête attention, il y porte remède, il offre à ceux qui viennent à lui la possibilité de faire l’expérience qu’ils peuvent vivre libre et debout. Il ne pose pas de condition préalable…

Puissions-nous être, en cette année qui commence, les porteurs de cette bienveillance qui permet aux hommes d’entrevoir le Royaume qui vient, de le désirer, et peut-être plus tard de se mettre à son service. Regardons le monde avec la simplicité du cœur de celui qui nous appelle « bien-aimés ». Soyons de ceux qui considèrent les hommes et les femmes de ce temps comme devant être « bien-aimés ».

DE

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

geoffroy gautrot 05/01/2010 00:12


bonne et heureuse année ! tout nouveau lecteur, je te remercie pour ces belles paroles, pour cet éloge de la simplicité. et aussi pour la dernière phrase. "bien-aimés" c´est, je crois, la clef de
la vie pleine, libre et créative. C´est mon voeu pour tous mes frères et soeurs: qu´ils se sachent aimés d´un amour qui n´a pas de fin.
paix et joie


Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens