Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:52

Dieu ouvre un  grand désir

Psaume 39 (40)

 Tu ne voulais ni holocauste ni sacrifice,

tu as ouvert mes oreilles ;

tu ne demandais ni holocauste ni victime,

alors j’ai dit : « Voici, je viens.

Dans le livre est écrit pour moi

ce que tu veux que je fasse.

Mon Dieu, voilà ce que j’aime :

ta loi me tiens aux entrailles. »

J’annonce la justice

dans la grande assemblée ;

vois, je ne retiens pas mes lèvres

Seigneur tu le sais

 

Nous fêtons ce matin l’Annonciation du Seigneur. Je vous propose de nous arrêter sur ce passage du Psaume 39, qui est à lui seul très impressionnant. D’abord par ce refus deux fois affirmé des sacrifices expiatoires. Dieu n’est pas un consommateur qui se repaît de sa Création pour que s’apaise sa colère. C’est évidemment une rupture avec tous les cultes idolâtriques, mais c’est aussi une formidable mise en cause de bien des fonctionnements humains, qui passent les hommes par pertes et profits des nécessités politiques et économiques. Rien, et surtout pas Dieu, ne justifie de piétiner la justice.

Ensuite, le premier acte de Dieu, dans ce psaume, c’est celui d’ouvrir les oreilles de son interlocuteur. De lui permettre d’entendre Sa Parole, mais aussi et ce n’est pas si différent la plainte des hommes qui souffrent. Tout commence par cette ouverture, cet élargissement. Y sommes-nous disponibles ? Pouvons-nous entendre une autre parole que celle de nos apparentes certitudes et vérités, une parole qui nous emmène plus loin, qui nous conduit les uns vers les autres, en nous faisant sortir de nos enfermements ? C’est le premier pas de la liberté.

C’est parce que cette ouverture des oreilles, mais aussi de regard, nous est donnée par Dieu lui-même que nous pouvons répondre, si nous le voulons : « Voici, je viens. » C’est la réponse de Marie dans la scène de l’Annonciation, c’est celle de Jésus à son Père, constamment.  Cette réponse confirme l’ouverture d’un dialogue personnel avec Dieu, ce qui quand on y pense, n’est pas banal. En effet, le psalmiste précise : « dans le livre est écrit pour moi » Le propre de la parole contenue dans la Torah, c’est d’être toujours absolument personnelle. Dieu, si j’ose dire, ne parle que d’homme à homme. De bouche à oreille…

Béatitudes

Aussi, dans cette relation, ce qui se manifeste, ce n’est pas le devoir, mais le désir. En ouvrant nos oreilles, Dieu fait naître un désir puissant : « ta loi me tient aux entrailles ». Par le mot de loi, il faut ici entendre torah, ce n’est pas la loi romaine, mais la Parole vive, et toujours actualisée, de Dieu, la vie même. Et la puissance de ce désir se manifeste dans la passion de la justice : celui qui parle dans le Psaume le dit : « j’annonce la justice à la grande assemblée [c'est-à-dire à tous], je ne retiens pas mes lèvres… » Je ne peux pas m’empêcher de parler…

Importance fondamentale de la justice, qui revient deux fois dans les Béatitudes :

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, ils seront rassasiés. (…) Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, le Royaume des cieux est à eux. »

Oserons-nous dire « Voici, je viens » ? Laisserons-nous monter en nous ce désir irrépressible de justice ?

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens