Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 08:39

Pierre et Paul, sauvés…

Actes 12, 1-11 ;  Lettre à Timothée 4, 6-. 16-18 ; Matthieu 16, 13-19

Nous fêtons aujourd’hui simultanément Pierre et Paul. Les deux premières lectures, de manière très différentes nous disent, non pas tant les mérites ou les exploits des deux apôtres, mais l’action de Dieu à leur écart.

Dans le livre des Actes des apôtres, Luc nous rapporte la délivrance miraculeuse de Pierre, qui avait été arrêté, et que le roi Hérode Agrippa comptait faire comparaître, après avoir fait décapiter Jacques, le frère de Jean. Le récit que fait Luc est presque un conte merveilleux, qui insiste sur le fait que Pierre avait du mal à croire à ce qui lui arrivait. « Il s’imaginait que c’était une vision », écrit l’apôtre. Par contraste, cela permet de donner du relief à la confession de Pierre : « maintenant je me rends compte que c’était vrai : le Seigneur a envoyé son ange… » Pierre confesse qu’il a été sauvé.

Quant à Paul, c’est le récit qu’il fait à Timothée, à la fin de sa vie, qui nous dit qu’il a été lui aussi sauvé. «… tous m’ont abandonné… Le Seigneur lui m’a assisté… Il me sauvera  et me fera entrer au ciel, dans son Royaume. »

Ainsi, ce que nous célébrons, ce ne sont pas des mérites particuliers, ce ne sont pas des dispositions personnelles extraordinaires, mais l’œuvre même de Dieu dans les vies de Pierre et de Paul. Et si nous le faisons, c’est pour nous rappeler que telle est notre foi. Comme Paul le dit d’Abraham, c’est par sa foi qu’il a été compté comme juste et non par ses œuvres.

Ce dont nous devons témoigner, ce n’est pas des mérites que nous acquerrions en étant ou en devenant chrétien, mais du fait que Dieu donne la vie, que nous devons témoigner. Comme le disais récemment un théologien français, le problème de l’Église aujourd’hui, notamment en Europe, c’est sans doute moins celui des vocations que celui de la foi. Notre témoignage ne manifeste pas assez clairement que Dieu est source de salut, don de la vie.

C’est pourtant à cette confession que Pierre parvient, et dont Matthieu rend compte dans son évangile, lorsque Jésus demande à ses disciples : « Pour vous, qui suis-je ? » La réponse de Simon-Pierre est sans équivoque : « Tu es le Messie, le Fils de Dieu ». Le Messie, c’est celui qui vient de la part de Dieu sauver son peuple. Jésus reprend alors la parole pour dire que même cette confession de foi trouve son origine dans le Père : « Heureux es-tu, Simon, fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui es aux cieux. »

La foi elle-même est un don du Père. Alors, la recevant, nous pouvons servir l’œuvre de Dieu, nous faire participant de son don magnanime. C’est en ce sens que Pierre devient la pierre sur laquelle le Fils bâtit son Église. Nous pouvons tous, nous découvrant sauvés, devenir à notre tour, une des pierres sur lesquelles s’édifie le sacrement du salut pour le monde.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens