Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 06:39

Samedi  Saint

Ce matin, la Parole est silencieuse. Le Fils de l’homme, mort sur la croix a été enseveli. Nous sommes le septième jour de la semaine. Jour du Shabbat. Jour de l’accomplissement.

Telle fut justement, selon saint Jean, la dernière parole de Jésus sur la Croix : « Tout est accompli. »

Nous sommes conviés aujourd’hui, à entrer, avec Israël, dans ce temps de l’accomplissement qui porte deux significations.

La première, nous la trouvons dans le livre de la Genèse : le septième jour Dieu se repose de toute l’œuvre qu’il a accomplie. Une œuvre « très bonne », nous dit le texte. Il n’y a plus rien à faire. Rien à ajouter. A l’être humain – on pourrait dire à « l’homme et femme » – cette œuvre est confiée, mais pour commencer, l’être humain est prié de ne rien faire à son tour, pour accueillir la plénitude du don qui lui est fait. Ce commencement, qui est plus un principe qu’un début, nous fait basculer d’entrée de jeu dans l’accomplissement pour nous en réjouir. Le Shabbat est réjouissance de la création, anticipation eschatologique de notre participation accomplie à l’œuvre de Dieu, œuvre de justice et d’amour. Inutile donc à l’homme de vouloir ajouter quelque chose de son cru, en cet instant. Inutile surtout de faire entrer le travail et sa peine dans la réjouissance. En ce jour du Shabbat, la peine n’a pas sa place. C’est un jour de bonté, exclusivement de bonté.

La seconde, nous la trouvons dans le livre du Deutéronome : par le Shabbat nous célébrons aussi la libération de l’esclavage. Israël fête la sortie d’Égypte. Avec lui nous nous rappelons que Dieu a entendu la plainte de son peuple, a vu ses souffrances et a appelé Moïse au désert pour qu’il délivre les Hébreux de la main de Pharaon. Ce faisant, Dieu a révélé son Nom qu’il avait tu à Jacob.

L'absolue présence du présent

Dieu s’est fait connaître. Il est « Ehyeh asher ehyeh » (Je suis qui je suis). Notre français est malhabile pour traduire l’hébreux qui ne distingue pas les temps des verbes, mais oppose les aspects de l’action : accompli ou inaccompli. L’action de Dieu est toujours exprimée à l’accompli – manière de dire que ce qui fait est parfait, sinon il ne serait pas Dieu – cependant ici, exceptionnellement, le verbe est à l’inaccompli (ce qui fait que l’on traduit parfois pas un futur). Ce qui nous indique que la manifestation de la présence de Dieu occupe tout l’espace du temps, qu’elle est totalement à l’œuvre dans cet espace. C’est une manière de dire l’éternité, comprise non  pas comme un temps qui s’écoule indéfiniment, mais comme l’absolue présence du présent, qui pour nous est si fugace.

Entrer dans le shabbat, c’est entrer dans l’absolue présence du présent. C’est à ce titre devenir fils de Dieu. C’est par là-même être libéré de la convoitise qui naît de l’idée que nous ne pouvons pas posséder ce que nous désirons, parce que le temps s’enfuit trop vite… « Ce que vous demandez, croyez que vous l’avez déjà », dit Jésus. Ici ne rien faire signifie que nous nous libérons de l’emprise de la raison matérialiste et productive, pour goûter le don qui nous est proposé. Souvent, l’empire du faire – l’exigence de la rentabilité, de l’efficacité – asservit l’homme qui finit par avoir moins de prix que la chose à produire, à vendre… Respecter le shabbat, c’est affirmer au moins un jour par semaine que nous résistons à cette logique de mort, c’est anticiper notre libération de la nécessité cruelle des jours ordinaires où nous devons peiner pour avoir de quoi nous loger et nous nourrir…

Voilà ce temps que Jésus a déclaré ouvert, en disant « tout est accompli ». C’est le temps du relèvement des souffrances qui commence dans la nuit de l’ensevelissement. Nous ne pouvons pas effacer cette nuit. Nous devons la traverser dans la confiance, et c’est dans cette nuit que nous verrons naître le jour de notre délivrance, le jour de notre accomplissement.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens