Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 05:51

Dieu donne… pour donner

Actes 5, 17-26 ; Jean 3, 16-21

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. » C’est ainsi que se poursuit le dialogue avec Nicodème. Par cette affirmation, qui est le principe même de la foi. Au départ, l’amour de Dieu. C’est le mouvement fondamental. Un amour qui se manifeste par le don, le don du plus cher, celui qui est plus que « l’os de mes os, la chair de ma chair », pour reprendre l’expression par laquelle Adam reconnaît Ève. Celui qui est le fils unique !

Mais ce don a une caractéristique singulière : il ne vise pas à acheter l’amour de celui à qui il est adressé. Les anthropologues ont montré que pour les hommes, le don a force d’obligation, il oblige au contre-don.  L’évangéliste nous dit tout autre chose. Ce don n’a qu’un but, celui de permettre un don supplémentaire : l’accès de l’homme à la vie éternelle. La finalité du don, c’est de rompre l’enfermement de la vie dans les limites, les contingences du temps.

La vie éternelle, ce n’est pas simplement la vie après l’écoulement de notre temps, dont le fil se rompt un jour, sur le modèle des Parques romaines. La vie éternelle, c’est une vie qui n’est pas après le temps, mais au-delà du temps. Dès maintenant. La finalité du don de Dieu, de son amour, ce n’est pas d’abord d’être aimé en retour, mais de nous faire accéder à sa propre éternité. Cela peut nous paraître très étrange, à nous, occidentaux, européens, qui pensons le temps comme passé, présent et futur. Le peuple de la Torah, le peuple de l’Alliance, pense non pas le temps, mais l’action en terme d’accomplissement – l’action est accomplie, ou ne l’est pas. Ce qui ne signifie pas qu’elle est achevée, terminée. L’amour de Dieu est parfaitement accompli, ce qui signifie qu’il demeure éternellement, qu’il agit en permanence. La foi nous fait basculer d’une conception à l’autre, pour accéder à l’être même de Dieu.

Ce que nous affirme Jean dans cette suite du dialogue avec Nicodème, c’est que le don de Dieu est sans limite, il n’a de sens que de permettre au don de se poursuivre, sans même attendre de contre-don. Il est la gratuité par excellence. C’est pourquoi Jean écrit que Dieu a envoyé son fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé. Le seul jugement qui s’opère, c’est celui de l’homme qui accueille ou non le don qui lui est fait.

Ce caractère inlassable du don de Dieu est parfaitement illustré par la suite des tribulations de Pierre et Jean, dans le récit des Actes. Puisqu’ils ont refusé de se taire, contrairement aux injonctions des chefs religieux, les voilà jetés en prison. Le récit de Luc nous dit que l’Ange du Seigneur – une manière discrète de dire la présence de Dieu lui-même – les en délivre.

Devenus fils

Mais l’important n’est pas le merveilleux miracle de la délivrance, mais la suite : Dieu les renvoie au Temple en leur demandant d’« annoncer au peuple toutes les paroles de vie ». Ce qui compte ici, c’est de manifester la poursuite du don de la parole qui sauve. Pierre et Jean sont en quelque sorte devenu eux-mêmes le fils unique envoyé dans le monde pour que le monde soit sauvé ! Et ils ne font rien d’autre, alors qu’ils auraient pu considérer que, tirés d’un mauvais pas, ils pouvaient légitimement se mettre hors d’atteinte de leur persécuteurs. Ils sont le fils qui se donne accomplissant l’amour du Père, vivant du seul amour du Père.

Dieu a tant aimé le monde... Dieu aime tant le monde : c’est aujourd’hui, ici et maintenant. Ce n’est pas seulement à contempler de manière extérieur, c’est à recevoir, c’est à accomplir à notre tour.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens