Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 08:15

 

  Le combat de la mort et de la vie, par Olivier Maessien

Contre les pillards et les « intéressés »

Ézéchiel 34, 1-11 ;  Matthieu 20, 1-16

Cette fois-ci, c’est aux bergers d’Israël qu’Ézéchiel est prié de dire leur fait : ce sont de mauvais bergers, qui ne prennent pas soin des faibles, qui exploitent le troupeau et ne le défendent pas contre les agresseurs… Le troupeau est mis au pillage et les bergers ne servent qu’eux-mêmes.

Lorsque j’entends ce texte, je ne peux m’empêcher de penser qu’il est d’une criante actualité, qu’il décrit des situations que nous connaissons et que nous observons.

Le prophète nous dit que cela ne peut pas durer. Que Dieu veut autre chose. Mais attendrons-nous que la justice « tombe du ciel », ou seront nous de ceux qui serviront sa volonté et contribuerons à faire en sorte que les choses changent ? Il faut choisir entre la surdité et l’aveuglement, d’une part, et le service de Dieu et sa justice, d’autre part.

Dieu en effet a besoin de nous pour accomplir sa volonté. C’est pourquoi Jésus énonce cette parabole du Royaume de Dieu comparable au maître d’un domaine qui embauche des ouvriers à toute heure du jour pour soigner sa vigne. La vigne dans la Bible, c’est traditionnellement l’image du peuple de Dieu.

Mais pourquoi Jésus éprouve-t-il le besoin de recourir à cette parabole sur la rétribution du service, où il montre à ses disciples que le maître rétribue également tous ses ouvriers quel que soit le moment où ils ont été appelés ?  Pour comprendre, il faut remonter un peu plus haut dans l’évangile de Matthieu, à cette question posée par Pierre : « Nous avons tous laissé pour te suivre, et nous qu’aurons-nous ? » Jésus a répondu : « quiconque aura laissé maison, frères et sœurs, père, mère, enfants ou champs à cause de mon nom recevra beaucoup plus, et en héritage, la vie éternelle. » Pierre pose la question du mérite et de la rétribution. Jésus répond en montrant que le don de Dieu sort de ces catégories.

En effet, cette vie éternelle, qui est « héritée » - ce qui veut dire qu’est alors reconnue la qualité de fils de celui qui est la vie éternelle –, ne se partage pas, elle ne se divise pas proportionnellement au temps du service, ni au mérite de la tâche accomplie. C’est un don tout d’une pièce. C’est ce que nous sommes priés de considérer. C’est le fait même d’être entré au service de Dieu – et non pas la « quantité » du service – qui ouvre accès à ce don.

Gratuité

Jésus nous met en garde, car nous pourrions être tentés de vouloir être rétribués selon nos mérites respectifs. Nous sommes ici dans une autre économie que celle du monde, une économie qui est celle de la vie divine, celle de la gratuité. La vie, notre vie, nous l’avons reçue purement gratuitement. Personne ne nous devait rien. Et nous sommes donc invités à dépasser la vision étroite de nos « intérêts » pour comprendre que le don de Dieu demeure dans cet ordre fondamental de la bonté gratuite.

Raison de plus pour ne pas nous accommoder des situations d’injustice, d’inégalité, de violences faites aux faibles et aux pauvres, de mépris de la dignité fondamentale des êtres humains. Plutôt que ne nous inquiéter pour nous-mêmes de ce que nous avons reçu, de ce que nous recevons ou recevrons, nous avons-nous aussi à être les témoins et les serviteurs de la bonté gratuite dont nous avons été l’objet de la part de Dieu.

D.E.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens