Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 08:27

Born in the Bottoms, de Lightning Hopkins

Pathologie religieuse

Luc 14, 1-6

En poursuivant la lecture de l’évangile de Luc, comme nous le propose la liturgie, nous rencontrons une nouvelle guérison le jour du sabbat. La précédente se trouvait au chapitre 13. Cette fois-ci, la scène ne se passe pas à la synagogue, mais au domicile d’un chef des pharisiens, chez qui Jésus est reçu pour manger. Parmi les personnes présentes, un « hydropisique », en d’autres termes un homme souffrant d’œdème. Comment est-il arrivé là ? Est-ce un membre de la famille, un serviteur, un invité ? Luc ne nous dit rien de cela. On ne sait même pas si l’homme a fait la moindre démarche envers Jésus. Nous savons simplement qu’à un moment donné, cet homme « était là, devant lui », alors que l’assistance surveillait Jésus en se demandant ce qu’il allait faire ou dire…

On est donc très loin du climat de la guérison du paralytique amené à Jésus pour qu’il le guérisse, où les porteurs du brancard souhaitent avant tout le bien du malade…

Dans ce  récit, Jésus ne répond donc à aucune demande explicite de guérison, mais plutôt à la question silencieuse de l’assistance…

Ce malade est enflé. On ne connaît pas la cause de son mal. Jésus va le guérir. Mais Luc ne nous décrit pas l’acte de la guérison. Il nous dit simplement qu’il s’agit d’une initiative délibéré de Jésus, et il ne nous rapporte que ce qui se passe entre ce dernier et… l’assistance, comme si la guérison de l’œdème n’était qu’un prétexte. Comme si le mal à soigner n’était pas là où il paraît. En effet, si le malade est enflé, l’assistance – des docteurs de la Loi et des pharisiens – est muette. Elle semble avoir perdu la parole.

Par deux fois Jésus interroge ceux qui sont là, par deux fois ils se taisent. La parole ne circule pas. Comme chez l’hydropisique, le liquide sérologique ne circule pas et s’accumule, déformant le corps. Mais cette fois-ci c’est le corps communautaire qui est atteint…

Ce que Luc nous indique ainsi, c’est que nous somme en présence d’une maladie de la parole, d’une maladie spirituelle, qui déforme le rapport des hommes entre eux et à Dieu. Quelle est cette déformation ? C’est un rapport à la loi, au rite, qui fait passer la vie de l’autre au second plan. La seconde question de Jésus pointe le fait que chacun comprend, lorsque ses affections personnelles – l’image du fils – ou ses intérêts, ses biens – l’image du bœuf – sont en jeu quelles sont les vraies priorités. Mais dès lors que le lien n’est plus immédiat, le rite prend le pas sur la vie.

Qui veut guérir ?

Quelle en est la raison ? C’est sans doute que chacun considère que son intérêt propre est davantage sauvegardé par le respect du rite, que par l’amour du prochain. Il y aurait plus à perdre en se mettant en porte à faux par rapport à la Loi – comme le fait Jésus – qu’à gagner en venant à l’aide de quelqu’un avec qui nous n’avons pas de rapport immédiat, que l’on peut donc tenir dans l’indifférence.  Dans cette attitude religieuse, chacun fait passer l’idée qu’il se fait de son salut, avant l’amour de l’autre ! Une crainte pathologique de Dieu empêche en fait la circulation de la vie dans la communauté humaine. Voilà la vraie maladie que Jésus met en lumière.

Et s’il guérit l’hydropisique, c’est pour manifester qu’une autre guérison est possible. Mais encore faut-il la demander… Qui veut guérir de sa pathologie religieuse ? La question reste posée, encore aujourd’hui.

D.E.

 

Born in the Bottoms, par Lightning Hopkins

Partager cet article

Repost 0
Published by Desiderius Erasme
commenter cet article

commentaires

Otshapovski Pennel danièle 28/11/2010 17:34


Ceci est exact la guérison vient de l'autre de "la foi "de l'autre, du geste de l'autre et du malade bien sur
Le fait que l'on s'intéresse a un malade le conduit déjà vers la guérison ( ceci vient de l'expérience non religieux mais médical)il faut savoir qu'au début de la maladie, seulement 10% du corps
est atteint , les 90% restants sont psychiques "croire à une grande importance


Présentation

  • : Le blog de Desiderius Erasme
  • Le blog de Desiderius Erasme
  • : Lire la Bible sans mourir idiot, intégriste ou ayatollah de la laïcité. Avec de l'humour, de l'esprit, de la curiosité, et sans préjugés...
  • Contact

Profil

  • Desiderius Erasme
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...
  • La liberté de l'Evangile est la plus belle chose que l'on puisse partager. Elle est à la fois critique et aimante, source de joie et soutien dans l'épreuve. Elle invite à toujours plus d'humanité...

Liens